Assemblée Générale de AJIR france et Rencontre Nationale de 40 associations de Harkis A Riom

Les 11 et 12 septembre dernier s'est déroulé, à Riom dans le Puy de Dôme et à côté de Clermont Ferrand, l'assemblée générale de AJIR-France suivie par la rencontre de 4 associations de Harkis venues des différentes régions de France.

 

A l'issue de ces deux journées de travail studieux, dans un climat apaisé et respectueux des sensibilités des un et des autres et où toutes celles et tous ceux qui ont souhaité s'exprimer ont pu le faire librement, une synthèse a été faite par Mohand Hamoumou, président d'AJIR. Synthèse qui reprend l'essentiel des échanges qui ont lieu ainsi que les principales revendications exprimées...

Cette synthèse a été reprise sous forme de lettre ouverte (à lire ici) adressée au Président de la République avec la signature des 40 associations participantes.

 

Vidéo résumée des travaux de ces deux journées :

Association Justice Information Réparation pour les Harkis

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22

«Entre la France et l'Algérie, la réciprocité est la base de toute relation équilibrée»

19/10/2021

 «Entre la France et l'Algérie, la réciprocité est la base de toute relation équilibrée»

Ainsi, le président de la République a-t-il cru devoir considérer la répression sanglante de la manifestation du 17 octobre 1961 à Paris comme des «crimes inexcusables pour la République». Décidément, les postures d'Emmanuel Macron donnent le tournis à l'observateur qui s'essaie à la recherche d'une cohérence morale et politique.

 

Le candidat Macron, en terre algérienne avait commencé par une funeste déclaration sur une constatation consubstantielle de crimes contre l'humanité que l'on ne pouvait qu'associer au procès des nazis à Nuremberg et qui lui valut une plainte de la principale association de pieds-noirs, suspendue par la grâce de son immunité.

 

L'équilibrisme politique - ou électoral - donne parfois le vertige à qui cherche le juste équilibre.

Gilles-William Goldnadel

À son retour à Alger, ès qualité de chef de l'État, il morigéna sévèrement des jeunes manifestants qui lui rappelaient les exactions françaises en les exhortant à regarder l'avenir plutôt qu’à ressasser un passé qu'ils n'avaient pas connu. Dans un avion qui le ramenait d'Israël, il confia à quelques journalistes, que le drame algérien devait être regardé historiquement comme on avait observé le drame de la Shoah. Rien de moins.

 

Plus tard, il crut devoir confier à Benjamin Stora, historien estimable mâtiné de militant engagé, la rédaction d'un rapport circonstancié dont la première qualité n'est pas l'objectivité équilibrée. Celui-ci recommanda notamment de s'incliner devant les victimes algériennes du 17 octobre mais négligea la même recommandation concernant notamment les massacres par des sympathisants du FLN de milliers de chrétiens, de juifs et de musulmans à Oran du 5 au 7 juillet 1962 alors même que le nouvel État avait accédé à l'indépendance. Ce drame a d'autant plus marqué la mémoire pied-noir, que l'armée française était restée l'arme au pied et que les familles n'ont jamais reçues d'informations sur le sort de leurs chers disparus.

 

 

N'ayons garde d'oublier la visite présidentielle à la famille de Maurice Audin, militant communiste mort probablement sous la torture, mais compagnon d'un FLN qui assassinait des militaires français et aussi des civils. Dans la dernière période, et sur fond d'aigre dispute avec le gouvernement rien moins démocratique d'Alger à propos de visas, le président a été jusqu'à déplorer l'exploitation politique abusive d'une «rente mémorielle» utilisée comme diversion pour faire oublier les échecs d'un jeune état aux fondements incertains. Autant dire que ceux qui veulent trouver leur pitance de repentance, comme ceux qui souhaitent s'affranchir d'une mauvaise conscience unilatérale peuvent faire leur marché au magasin macronien.

 

Jamais peut-être le fameux «en même temps» n'aura fonctionné aussi massivement. L'équilibrisme politique - ou électoral - donne parfois le vertige à qui cherche le juste équilibre. Il n'est pas douteux que la manière inhumaine avec laquelle ont été traités les manifestants du 17 octobre est un crime inexcusable. Mais fallait-il il pour autant que la France s'excuse de manière unilatérale ? Mettant ainsi au pot de la rente mémorielle.

 

Reconnaître les exactions françaises sans exiger simultanément les excuses algériennes pour les crimes du FLN contre les Français et les harkis, n'est pas la justice mais la prolongation de la rancœur sans fin.

Gilles-William Goldnadel

Grâce soit rendue à Guillaume Perrault, qui dans Le Figaro du 15 octobre a su contextualiser avec rigueur cette manifestation réprimée dans le sang. Rappeler le couvre-feu ordonné en raison de la situation insurrectionnelle. Rappeler les attentats du FLN qui poussait son avantage et ceux de l'OAS qui traduisaient sa rage. Rappeler l'impôt forcé révolutionnaire sur les Algériens de France et les milliers de morts de leurs luttes intestines sur le sol français. On est donc à des centaines de lieux d'un massacre spontané. Et quitte à pousser l'introspection sans fard jusqu'au bout, pourquoi dans ce cas, poser le chapeau uniquement sur la tête du préfet Papon, qui a la taille de l'emploi au regard de sa funeste réputation et oublier le képi du général de Gaulle qui n'eut aucun regret ?

 

À VOIR AUSSI - Emmanuel Macron commémore les 60 ans de la manifestation du 17 octobre 1961

Emmanuel Macron commémore les 60 ans de la manifestation du 17 octobre 1961
 

Pourquoi oublier le silence des organisations syndicales policières, qui à l'époque étaient toutes situées à gauche ?

Mais l'essentiel est ailleurs. Reconnaître les exactions françaises sans exiger simultanément les excuses algériennes pour les crimes du FLN contre les Français et les harkis, n'est pas la justice mais la prolongation de la rancœur sans fin.

 

 

Reconnaître les unes sans les autres, n'est pas qu'une question de principe. C'est instiller dans la tête d'une partie de la jeunesse d'origine algérienne vivant en France l'idée monstrueusement fausse que les Français seraient un peuple de tortionnaires qui devraient naturellement expier leurs fautes à l'égard de leurs parents. Inutile de dire que les relations qui d'ores et déjà existent entre communautés n'avaient pas besoin de ce surcroît de munitions explosives.

 

Si l'on veut, en regardant de surplomb, tenter de comprendre le comportement erratique aussi bien présidentiel que médiatique, on doit interroger le moment psychologique. La pathologie occidentale de la faute de l'homme blanc. De lui seul uniquement. La base de la relation humaine est la réciprocité. Elle est inhérente à l'instinct naturel de justice. Mettons donc fin aux expédients qui président à la vertigineuse simultanéité et exigeons donc la juste et nécessaire réciprocité.

Répression sanglante du 17 Octobre1961 : le geste du Président Macron

17/10/2021

Répression sanglante du 17 Octobre1961 :  le geste du Président Macron

Peut-être parce que se sachant couverts selon les mots de leur hiérarchie ou excédés par la mort d’une dizaine de policiers tués par le FLN dans les  semaines précédentes, la police d’alors commet l’irréparable : une répression sanglante inexcusable. Elle matraque des civils désarmés, tire à balle réelle, jette des hommes dans la Seine.  Le bilan officiel d’alors, de 3 morts est hélas bien loin de la terrible réalité. Ce sont des dizaines de personnes qui ont été tuées durant l’horreur de cette terrible  nuit.

 

Fidèle à sa volonté de réconcilier les mémoires meurtries par cette guerre d’Algérie, continuant à reconnaître et à assumer les pages sombres de notre histoire, le Président s’est recueilli au Pont de Bezons et dans un communiqué il a  reconnu des faits en les resituant dans leur contexte.

 

Certains, de droite ou d’extrême droite, se sont offusqués, craignant qu’à force de reconnaître les pages sombres de notre histoire, on porte atteinte à l’image de la France des Lumières. D’autres à l’inverse, de gauche ou Algériens, ont dit leur mécontentent estimant que le Président n’était pas allé assez loin, refusant de parler de crime d’Etat ou de participer le 17 octobre aux manifestations organisées par diverses associations. 

 

Le Président  avait invité des petits enfants de victimes mais aussi des enfants d’autres populations concernées par cette guerre, pour inciter à dépasser les ressentiments mortifères et à construire ensemble un avenir apaisé.

 

Le Président algérien, sans surprise, a estimé que ce n’était pas assez ; qu’il eut fallu parler de « crime d’Etat ». Par contre, pas une seconde il n’envisage lui  de reconnaître la responsabilité de l’Algérie dans les massacres de Harkis après le cessez-le-feu, de messalistes à Mélouza ou de Pieds Noirs à Oran. De même, peu de personnes ont rappelé la responsabilité du FLN : il avait menacé de représailles ceux qui n’iraient pas manifester. Il savait qu’il y avait un risque que cela dégénère. Mais cela entrait dans sa stratégie pour forcer à négocier l’indépendance. Cela n’excuse en rien la disproportion de la réaction. Mais il serait bon que chacun reconnaisse ses responsabilités. C’est  à ce prix qu’on pourra construire des relations sereines et fructueuses entre les deux pays.

Agir...maintenant !

17/10/2021

                                             Agir...maintenant !

On peut adhérer à AJIR simplement parce qu’on pense que cette cause est juste. Parce qu’on pense que notre pays devait demander pardon pour l’ignoble abandon de ceux qui l’ont servi au péril de leur vie. Parce qu’on sait que les familles de Harkis qui ont pu fuir les massacres d’après les accords de cessez-le-feu non respectés, ont été cachés de manière honteuse dans des camps, hameaux sans hygiène ni liberté et des cités urbaines à la périphérie des villes ou villages.

 

Adhérer pour ce combat, ce n’est pas vouloir culpabiliser la France mais simplement lui demander de reconnaître des faits, assumer l’histoire, essayer de réparer, pour en finir avec le non-dit et le déni d’une triste réalité.

 

Le 20 septembre, à l’Elysée, le Président de la République Emmanuel Macron, a solennellement demandé pardon aux Harkis abandonnés et s’est engagé à faire voter avant la fin de l’année une loi de reconnaissance et de réparation. Chacun sait qu’AJIR a joué un rôle important, sans doute décisif, dans cette décision qui répond au combat de toutes celles et tous  ceux qui depuis les années 70 ont adhéré à une association pour soutenir cette demande de justice.

 

Une association avec de nombreux adhérents et avec des représentants compétents et crédibles, c’est un interlocuteur pour le Gouvernement.

 

Aujourd’hui le combat n’est pas fini. Au contraire nous sommes à un moment où il faut pouvoir peser, être écoutés pour que la loi ne soit pas loin de la volonté du Président et loin des attentes des familles d’anciens Harkis et des citoyens soucieux de justice.

 

Alors adhérez et faites adhérer, c’est important. Maintenant. Le temps presse. Demain il sera trop tard.

 

Il ne faut plus rêver d’union, il ne faut plus parler d’union. Il faut la faire. Maintenant. En rejoignant une association présente déjà dans 42 départements et forte déjà de plus d’un millier d’adhérents (dont un quart à titre individuel).

 

Si vous êtes Président-e d’une association, gardez votre nom et votre autonomie locale mais comme déjà plus de 30 associations, rejoignez une fédération réellement nationale et efficace.

 

S’il n’y a pas de délégation dans votre département, devenez le délégué d’AJIR.

 

Pour que partout nous puissions parler d’une même voix et être entendus avant que la loi ne soit votée.

Loi de reconnaissance et de réparation : c'est parti !

16/10/2021

Loi de reconnaissance et de réparation : c'est parti !

Entre février et avril 2021, les délégations régionales d’AJIR ont envoyé aux députés et sénateurs un courrier leur demandant de faire une proposition de loi de reconnaissance et de réparation pour les Harkis. Etaient joints d’une part un exposé des motifs, expliquant les besoin de reconnaître la responsabilité de la République française dans l’abandon des Harkis et l’accueil indigne des « rapatriés-réfugiés » et d’autre part un exemple de proposition de loi (Lire ici l'article pour une loi de reconnaissance, de réparation et de réconciliation).

 

Parallèlement, des rencontres en visio ont été organisées avec de nombreux présidents de groupes parlementaires qui se sont tous déclarés favorables à l’idée, tout en soulignant la difficulté de trouver une niche parlementaire d’ici la fin de la législature.

 

AJIR a aussi exploré l’autre voie et a demandé en février un rendez-vous au Président de la République. Reçu le 10 mai, avec 3 autres personnes, le Président d’AJIR a remis une note argumentée sur la nécessité d’une loi (lire ici A la veille du 25 septembre, retour sur la réunion du 10 mai..  ).

 

Le 20 septembre, à l’Elysée, le Président de la République s’est engagé publiquement à ce que son Gouvernement porte un projet de loi de reconnaissance et de réparation avant la fin de cette année (lire ici Enfin...  et là Discours du Président de la République à l'occasion de la réception consacrée à la mémoire des Harkis).

 

L’avantage du projet de loi par rapport à une proposition de loi est que le Gouvernement a plus de facilités pour imposer l’examen de son texte. Le Gouvernement a plus de créneaux dans le calendrier de l’Assemblée nationale que les partis d’opposition.

 

Après la décision de l’exécutif (Président de la République et Gouvernement) de présenter un projet de loi, jusqu’à son vote et sa publication au Journal officiel, il y a une douzaine d’étapes qui prennent en général entre 2 et 6 mois. La marche classique est présentée dans la rubrique politique (lire ici Faire voter une loi : les étapes obligées).

 

Dans le cas présent, la loi devrait être présentée au Conseil des Ministres du 20 ou du 27 octobre et pourrait être votée avant Noël (voir le détail de la démarche et calendrier à la rubrique politique).

 

Il est donc important de pouvoir réagir vite, de manière forte et unitaire, auprès des députés et sénateurs pour attirer leur attention sur les améliorations à apporter par voie d’amendements.

 

A cet effet, dès que nous connaîtrons le texte de la loi qui sera présenté par Madame Darrieussecq, AJIR proposera très rapidement à ses adhérents (fin octobre et début novembre) 2 ou 3 réunions régionales avec des parlementaires et des juristes pour analyser le texte et soumettre des amendements.

Tensions France/Algérie : Tebboune ose tout !

13/10/2021

                Tensions France/Algérie : Tebboune ose tout !

Il était prévisible que le Président Tebboune réagisse pour montrer aux Algériens qu’il ne se laisse pas faire, même si chacun au fond sait bien que ce qui gêne les Algériens ce ne sont pas les vérités énoncées par le Président Macron mais la réduction du nombre de visas délivrés chaque année aux ressortissants algériens… Pourtant, comme le rappelle fort justement le président algérien « la réduction des visas est une question qui relève de la souveraineté de tous les Etats… ». Le plus surprenant est qu’il ajoute dans sa déclaration « y compris pour l’Algérie à condition qu’elle [la France] respecte les accords d’Evian… ».

 

C’est justement là que le bât blesse car les accords d’Evian, signés le 18 mars 1962 prévoyaient la liberté de circulation, effectivement pour les Algériens, mais aussi pour les Français souhaitant se rendre en Algérie.

 

Faut-il rappeler au président Tebboune que lui-même et son pays ne respectent pas les accords d’Evian et ce depuis leur signature  en 1962?

 

Faut-il lui rappeler que dès le cessez-le-feu du 19 mars 1962 ces accords ont été bafoués en ce qui concerne la sécurité des personnes, notamment des anciens Harkis et leurs familles ?

 

Faut-il lui rappeler que les tortures, les supplices et  les massacre de dizaines de milliers de civils après le cessez le feu, n’épargnant ni femmes ni enfants, ont été perpétrés au vu et au su des gouvernants algériens au mépris des accords d’Evian censés garantir la sécurité des biens et des personnes ?

 

Enfin faut-il lui rappeler qu’aujourd’hui encore des citoyens français, anciens Harkis, sont interdits de séjour en Algérie en contradiction flagrante avec les accords d’Evian ? Pour refuser le passage aux Harkis, l’Algérie se prévaut de sa souveraineté. Mais que dirait-elle si la France, usant du même argument de souveraineté, refusait l’accès en France aux Algériens anciens du FLN ?

 

Ne craignant pas l’incohérence, le Président Tebboune ajoute : « ne nous mélangez pas avec d’autres pays (…). L’Algérie est un pays spécial… il y a des accords qui nous lient » à la France. Effectivement l’Algérie est un pays « spécial » qui demande l’application d’accords qu’il fût le premier à refuser d’appliquer et avec des conséquences autrement plus dramatiques que la réduction de visas.

 

 A moins que Monsieur Tebboune ne sache pas ce qui s’est passé en Algérie après les accords d’Evian ? A sa décharge, il vrai que les livres d’histoire en Algérie ne parlent pas des massacres de messalistes, de harkis ou de Pieds noirs.

 

Ce qui nous ramène au point de départ de cette petite brouille passagère.

AJIR : Association Justice Information Réparation, pour les Harkis. Contact : ajirfrancecontact@gmail.com  Association loi 1901 - tout don  à l'association est éligible aux réductions d'impôts