AJIR : Association Justice Information Réparation, pour les Harkis. Contact : ajirfrancecontact@gmail.com  Association loi 1901 - tout don  à l'association est éligible aux réductions d'impôts

Association Justice Information Réparation pour les Harkis

Mémoires des Harkis reçu par le député LRM de l'Eure B. QUESTEL

Le 14 octobre 2021, l'association Mémoires des Harkis, adhérente d'AJIR, a été reçue longuement par le député de LRM de l'Eure Bruno Questel.

 

Au cours d'un long entretien de près de 2 heures le président de l'association, Farid Moussaoui, a exposé les attentes des Harkis à propos de la loi de réparation en préparation. Il a notamment insisté sur la population concernée par cette loi qui doit s'appliquer à tous les Harkis qu'ils soient passés par un camp, un hameau de forestage, une cité urbaine ou pas. Si les Harkis sont décédés la réparation doit être reportée sur leurs enfants...

 

Farid Moussaoui a insisté aussi sur l'enfermement des enfants dans des camps et leur scolarisation sur place au mépris des lois de la république.

 

Le discours du président de la république du 20 septembre dernier a été sans ambiguïté : la réparation doit concerner l'abandon des Harkis en Algérie et ses conséquences sur les Harkis et leurs familles qu'elles soient passées par les camps ou pas.

 

Pour les enfants ils s'agit de réparer les années d'enfermement, la scolarisation en vase clos et la perte de l'égalité des chances qu'assure l'école de la République.

 

Farid Moussaoui a évoqué ensuite les problèmes spécifiques des Harkis de l'Eure que le député s'est engagé à inviter à l'Assemblée Nationale pour les débats relatifs à la future loi.

 

De l'Algérie à la Normandie, le tragique destin du harki Bachir Rezigat

Emmanuel Macron a demandé pardon aux harkis, ces supplétifs de l’armée française de la guerre d’Algérie. Bachir est l’un d’entre eux. Il raconte son histoire dans l'Histoire.

 

Bachir Rezigat

 

Bachir Rezigat a choisi de rejoindre les rangs de l’armée française lors de la guerre d’Algérie. (©La Dépêche de Louviers – SB)

Par Sarah Boumghar Publié le 29 Sep 21 à 10:37 

La Dépêche Louviers

Mon actu

 

C’est avec un sourire que nous accueille Bachir Rezigat à la terrasse d’un café de Louviers (Eure). Il se lève pour nous saluer, ce qui nous laisse tout le loisir d’apprécier l’élégance de sa tenue.

Tiré à quatre épingles dans son pantalon blanc et sa chemise de la même couleur, sur laquelle il a enfilé une veste de costume rayée, l’homme de 82 ans ressemble à une véritable gravure de mode.

Bachir est ce que l’on appelle un harki. Pendant la guerre d’Algérie (1954 – 1962), il choisit de rejoindre les rangs de l’armée française. Une évidence pour le jeune homme qu’il était alors.

« On aimait la France, on ne voulait pas qu'elle parte. J'avais toujours vécu entouré de colons, de pieds-noirs. Ils étaient nos voisins, nos amis. On partageait avec eux nos vies et jusqu'à notre nourriture. » Bachir Rezigat

À lire aussi

« Vie de souffrances »

Il aurait aimé raconter lui-même son histoire, écrire un livre où seraient consignés les souvenirs de sa « vie de souffrances ». Mais Bachir ne sait ni lire ni écrire le français.

Plusieurs fois au cours de l’entretien, il s’interroge à voix haute, avec un accent très marqué : « Pourquoi la France ne nous a pas scolarisés ? » Alors c’est à nous qu’il confie son récit, « pour se vider la tête », pour qu’il lui survive et soit transmis.

En 1959, à l’âge de 19 ans, le natif de Sétif rejoint une section militaire spécialisée (SAS), une unité de l’armée française. Affecté à la ville de Ksar El Abtal, il effectue avec ses compagnons d’armes des patrouilles de surveillance et sort « en opération » pour débusquer les combattants du Front de libération nationale (FLN), qui luttent eux pour l’indépendance de l’Algérie.

À lire aussi

Plaie ouverte

Les Accords d’Évian, signés le 18 mars 1962, mettent fin à la guerre et à 132 ans de colonisation. Les troupes françaises entament leur départ et laissent derrière elles la plupart des harkis.

« Jamais je n'aurais cru que la France nous aurait abandonnés. Nous étions ses fils, on a défendu la République. Certains couraient derrière les camions de militaires. Eux leur donnaient des coups de pied et de crosse pour ne pas qu'ils montent. On savait que si l'on restait, on allait mourir. » Bachir Rezigat

Un certain nombre d’entre eux ont été massacrés en Algérie, en particulier après la proclamation de l’indépendance du pays, le 5 juillet. Entre cette date et le 1er novembre, 60 000 à 80 0000 harkis auraient été assassinés.

De la guerre, il garde en mémoire un épisode particulièrement traumatisant. Ses yeux, d’un bleu perçant, se ternissent à son évocation. Près de 60 ans après, la douleur, vive, est toujours présente, profondément ancrée en lui.

Peu après le cessez-le-feu du 19 mars 1962, Bachir et son beau-frère, lui aussi harki, sont arrêtés par le FLN et menottés l’un à l’autre. Il assiste, impuissant, au meurtre du mari de sa sœur, tué d’un coup de hachette sur la tête, alors qu’ils sont toujours attachés. À lui, les hommes du FLN laissent la vie sauve, en raison de sa jeunesse, suppose-t-il.

Bachir est ensuite conduit dans une ferme où se trouvent environ 500 harkis. Pendant sept mois, il y subit la faim, les coups, les insultes et la peur d’être le prochain à être « emmené » pour être tué. Avec un copain, il réussit finalement à s’évader. Il se rend chez lui, à Bordj Bou Arreridj, d’où il prend un train pour Alger. Sur le quai, il dit au revoir à sa mère. Il ne la reverra jamais. Et l’Algérie non plus.

À lire aussi

 

Hommage aux harkis à Louviers

Le 25 septembre dernier, la Ville de Louviers a rendu hommage aux harkis lors de la cérémonie organisée en leur honneur à l’occasion de la journée nationale d’hommage qui leur est dédiée. Le maire, François-Xavier Priollaud (MoDem), a prononcé un discours dans lequel il a qualifié l’histoire de ces supplétifs de l’armée française de « tragédie ». La sous-préfète des Andelys, Virginie Sené-Rouquier, a elle exprimé la « gratitude » de la France, via le discours du président de la République, qu'elle était chargée de lire.

 

Misère et dénuement

Il s’envole depuis la capitale Algérienne vers Marseille, après une nuit de terreur à l’aéroport pendant laquelle lui et son ami ont « peur que quelqu’un vienne [les] arrêter. » Il rejoint la région parisienne.

« Je croyais que je serais heureux ici », souffle-t-il. Mais Bachir ne rencontre que la misère. Il trouve facilement du travail mais pas de logement.

« Les gens ne voulaient pas des harkis et des pieds-noirs. Nous étions rejetés par la population. » Bachir Rezigat

 

Le fait qu’il ne soit pas francophone n’arrange rien : « On ne pouvait pas demander de l’aide à l’administration. Nous vivions dans la terreur. » Bachir et son ami dorment alors là où ils le peuvent : dans des cabanons de jardin, dans les champs ou des bâtiments désaffectés, alors que le froid de l’hiver 1962-63, le plus rude du XXe siècle, ne pardonne pas. « Nous mettions de l’herbe dans un sac en toile, qui nous servait de matelas. »

Ces conditions de vie extrêmement précaires et ses traumatismes lui laissent des séquelles psychologiques et physiques. Il ressasse les images de l’armée française qui quitte l’Algérie sans ses supplétifs, le meurtre de son beau-frère. Pense à sa famille, dont il n’a pas de nouvelles et ne sait pas si elle est encore en vie.

« J'ai développé entre autres de graves affections de la peau et un ulcère à l'estomac, à force de me tourmenter. » Bachir Rezigat

 

Sa situation s’améliore ensuite quelque peu lorsqu’il trouve un emploi dans le bâtiment, toujours en région parisienne. « Nous travaillions 12 à 14 heures par jour et étions payés une misère, mais nous étions logés dans les baraquements des chantiers », raconte-t-il en trempant un biscuit dans son troisième café.

Puis Bachir est muté à Louviers, rencontre une femme à Criquebeuf-sur-Seine, qui deviendra son épouse et lui donnera une fille, Nathalie. « C’est là que j’ai enfin commencé à être heureux », confie l’octogénaire.

  

                                                                     Bachir-Macron

Bachir Rezigat a rencontré le président de la République, Emmanuel Macron, le 20 septembre dernier à l’Elysée. (©DR)

 

Reconnaissance

Malgré ce qu’il a subi, Bachir n’a jamais regretté de s’être engagé aux côtés de la France, « [son] pays ».

« Ce que je déplore, c'est la façon dont les harkis ont été traités, la façon dont nous avons été abandonnés, s'emporte-t-il. Nous avions une entière confiance en la France, et elle nous a roulés dans la farine. Nous étions comme des frères avec les militaires de l'armée française. Nous avons été trahis. Et lorsque nous sommes arrivés ici, nous n'avons trouvé personne pour nous défendre. Là-bas, on nous a donné des fusils pour tuer et ici, on nous a laissés tomber. Si la France ne m'avait pas désarmé, j'aurais continué le combat ou bien je me serais tiré une balle dans la tête. » Bachir Rezigat

À lire aussi

Bon nombre de harkis et leurs familles, rapatriés en France après la guerre, ont eux connu la misère des camps.

Le 20 septembre dernier, Bachir a rencontré le Président de la République, Emmanuel Macron. Il a eu avec lui un long entretien lors de la cérémonie d’hommage aux harkis à l’Élysée. « J’étais très heureux de le voir. Je lui ai raconté mon histoire. Il a demandé pardon. Ce sont des paroles fortes que nous avons attendues très longtemps ».

 

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Dépêche Louviers dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Commémoration, à Louviers, de l'abandon des Harkis le 12 mai 1962

Rassemblés devant le monument aux morts de Louviers une vingtaine de Harkis et d'enfants de Harkis ont commémoré le 12 mai 1962, jour marquant officiellement l'abandon des Harkis par les plus hautes autorités françaises de l'époque (télégrammes de P. Messmer et L. Joxe) avec l'aval de l'Elysée pour qui les Harkis étaient "un magma qui n'a servi à rien..."!

 

Après lecture des deux télégrammes (Mohamed Haddouche d'AJIR Normandie), Farid Moussaoui, président de Mémoires Harkies de l'Eure, a prononcé le discours lu par toutes les délégations AJIR ou les associations associées sur le territoire national qui ont participé à cette journée.

 

Puis il a été procédé à un dépôt de gerbe...

 

A noter qu'à l'issue de cette cérémonie une délégation s'est rendue au cimetière des IFS à Evreux pour se recueillir solennellement sur la tombe de M'Hamed Laradji décédé en 1994 après avoir consacré la majeure partie de sa vie en France à la défense des Harkis et de leurs familles (voir dans Sociologie/Notre pantheon/M'hamed Laradji la page qui lui a été consacrée...)

 

Ci-dessous quelques photos de cette commémoration normande :

 

Louviers 12 mai 2021 - Commémoratio abandon des Harkis en Algérie

 

Depôt de gerbe 12 mai 2021 Louviers

Dans l'Eure, les harkis attendent de l'État une reconnaissance officielle des préjudices subis

L'État propose une aide aux enfants des personnels supplétifs de l'armée française. Pour un de leurs représentants, il manque la reconnaissance officielle des préjudices subis.

 

Farid Moussaoui, président de Mémoires des Harkis, veut que l'État français reconnaisse officiellement les préjudices subis. ©La Dépêche de Louviers / TG

Farid Moussaoui, président de Mémoires des Harkis, veut que l’État français reconnaisse officiellement les préjudices subis.

« Une mesurette. » Pour Farid Moussaoui, président de l’association euroise Mémoires des Harkis, le dispositif d’aide est insuffisant. « Toutes les associations de harkis le rejettent », assure-t-il.

 

Voici quelques mois, le président de la République a proposé d’aider les enfants de harkis et autres membres des forces supplétives de l’armée française en Algérie, en compensation des « conséquences économiques et sociales » de leurs passages dans les camps et les hameaux de forestage (entre 1962 et 1975).

 

Très jeune, à 4 ans, j’ai vécu avec ma famille au camp de Bias (Lot-et-Garonne), dans le Larzac. C’était un des plus grands camps, devenu aujourd’hui un mémorial », raconte Farid Moussaoui.

 

Dans des camps et des hameaux

 

Les harkis ont vécu dans des tentes, dans ces camps du sud de la France. Leurs conditions de vie étaient très strictes :

On avait un couvre-feu, il fallait demander l’autorisation de sortir. On nous coupait l’électricité à 22 h… Enfants, on n’avait pas d’école. L’échec, scolaire surtout, commençait à partir de là. Comment pouvait-on évoluer ?

 

D’où l’objectif affiché par l’État de proposer cette aide financière aux enfants de harkis, du 1er janvier 2019 jusqu’au 31 décembre 2022, pour leur « permettre une intégration pleine et entière ».

 

L’enveloppe financière s’élève à 7 millions d’euros par an, pour des dépenses liées à la santé, l’insertion professionnelle, la formation, le logement…

 

Chaque personne ne peut être aidée qu’une seule fois, en un seul versement, suivant plusieurs critères : justifier d’une résidence stable et effective en France, d’un séjour d’au moins 90 jours dans un camp ou hameau de forestage…

 

Pour les services de l’État, le dispositif permettra de traiter les demandes avec efficacité et rapidité.

 

Selon Farid Moussaoui, certaines étapes ont été négligées. Le président de Mémoires des Harkis se souvient du geste de Jacques Chirac, en 2001, mettant en place la journée de reconnaissance, pour laquelle Louviers a figuré parmi les villes pilotes.

Nous voulons que le chef de l’État reconnaisse officiellement le préjudice subi par les harkis. Nous avons fait 56 propositions, surtout sur le côté mémoriel. Pour nous, c’est important. Mais elles n’ont pas été retenues. Pourtant, j’entends encore dire : « Les harkis c’est des traîtres. »

 

Perte d’identité

 

« Les anciens disparaissent et les jeunes ne se retrouvent plus, ils perdent leur identité », poursuit Farid Moussaoui. Celui-ci se félicite néanmoins de certaines avancées : l’Eure a scellé cinq plaques commémoratives (deux à Louviers, les trois autres à Val-de-Reuil, Pîtres et Évreux) ; à Louviers, avec le soutien de la Ville, une rue des harkis devrait voir le jour et le carré musulman devrait s’étendre au cimetière…

 

À quelques jours des commémorations du 25 mars, auxquelles les harkis accepteront de participer (pas à celles du 19), Farid Moussaoui espère un jour tourner la page et que « ces associations n’existent plus ».

 

Pour cela, assure-t-il :

Il faut que les enfants de harkis aient leur place, un emploi, une formation, un droit à la justice, un logement…

 

Ce que le dispositif d’aide essaie de combler a minima.

 

La Dépêche de Louviers / TG