AJIR Moselle : en première ligne sur le front de la mémoire !

Même en plein vacances d'été, AJIR Moselle et sa présidente poursuivent avec acharnement la bataille de la mémoire pour les anciens Harkis comme le relate un article de Hervé BOGGIO dans le Républicain Lorrain à lire ci-dessous.

 

Association Justice Information Réparation pour les Harkis

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32

ASSEMBLEE GENERALE D'AJIR A RIOM

18/07/2023

ASSEMBLEE GENERALE D'AJIR A RIOM

Samedi 9 septembre    Salle Dumoulin


A partir de 10h : accueil café, badges


10H30 : AG départementale d’AJIR Puy de Dôme


Bilan moral, élection du bureau, projets

 


13H30 : AG nationale d’AJIR France


de 13h45 à 14h15 : ouverture par M Le Maire de Riom, M le Président du CD 63 et M Président de la Région AuRA ou leurs représentants


14h15 à 16h : AG d’AJIR : Bilan moral et financier, point sur les adhésions, renouvellement du conseil national. Présentation des délégations régionales (équipes, réalisations, projets) et des associations invitées.


16h à 16h30 Pause café. Dédicace de la BD « Les Harkis, une tragédie française »


 16h30 à 17h30 : Le travail de mémoire : une urgence aujourd’hui, un enjeu pour demain avec : M le Directeur de la Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie ; M le Secrétaire du Secours de France, M le Responsable de communication du Mémorial du camp de Rivesaltes,  M Jean Jacques Jordi, historien.


17h30 à 18h30 : Poursuivre la réparation avec : Monsieur le Préfet DelGrande, Secrétaire Général de la CNIH,  Monsieur Laurent, Directeur de Cabinet de Mme la Secrétaire d’Etat aux anciens combattants et à la mémoire, Une députée du Puy de Dôme (sous réserve).


18h30 synthèse Conclusion


19h Apéritif, Dédicace d’ouvrages     20h Diner 


22h Soirée musicale ou projection d’un documentaire (avec réalisateur)


Dimanche 10 septembre 


9h30 : départ de Riom pour le camp de Bourg Lastic. Dépôt de gerbe stèle AJIR.  Recueillement au cimetière des enfants. 


Inscription préalable obligatoire sur :

Lien pour l'inscription pour participer à l'AG...

 

 

 

Modalités pratiques :

 

Riom est une des 5 Sous-Préfecture du Puy-de-Dôme. Elle compte 18 000 habitants et se trouve à 6 kms de Volvic et à 14 kms de Clermont-Ferrand.


Suggestion d’hôtels à Riom.  Voir tableau ci-dessous


 Nous laissons à chacun le soin de réserver sa chambre dans l’hôtel de son choix.  


Voici quelques hotels avec leurs coordonnées. Vous pouvez aussi réserver directement sur internet : il y a parfois des offres plus intéressantes que les tarifs ci- dessous.


Tous ces hôtels sont situés au même endroit à 500 mètres de la sortie 13 (Riom Volvic) de l’autoroute A 71. Ils ont tous un parking.
Il y a d’autres hôtels en centre-ville, parfois moins cher mais avec peu de chambres et 1* pour la plupart. Il y aussi des chalets au camping de Volvic ou de Chatel (à 10 mn en voiture)

 

NOM IBIS KYRIAD ACE B&B Ibis Budget
Etoiles 3*** 3*** 2** 2** 2**
Note sur 10 8.4 8.7 8.6 8.4  
Chambre 1 ou 2 personnes avec 1 grand lit et sans petit-déjeuner 75 € 79 € 56 € 52 €  
Chambre 2 personnes 2 lits Peu de chambre à 2 lits        
Telephone   04 73 33 47 70   04 73  67 67 67     04 73 33 71 00      04 73 33 47 70  
Mail H7293@accor.com clermontferrand@kyriad.fr   riom@ace-hotel.com     
           

      

Diner  (samedi): Nous étudions la possibilité d’un diner dans une salle  privatisée pour plus de confort (participation : 10€ pour les adhérents, 15€ pour les non adhérents ;   offert pour les intervenants et présidents d’association invités).


Se rendre à l’Hôtel : Tous ces hôtels sont situés au même endroit  la sortie 13 (Riom, Chatel, Volvic) sur l’autoroute Paris-Clermont. C’est à 5 mn en voiture de la gare sncf et de la salle Dumoulin.


Pour celles/ceux qui viennent en train,  venir à la salle (5 mn à pied de la gare) puis  après la réunion, des bénévoles d’AJIR Auvergne vous conduiront à votre hôtel.

RENCONTRE ENTRE AJIR ET LA CNIH (PARIS, 20 juin 2023)

18/07/2023

RENCONTRE ENTRE AJIR ET LA CNIH (PARIS, 20 juin 2023)

Clarification des missions de la CNIH et mise en avant des propositions prioritaires d'AJIR

 

Les échanges lors de cette réunion, francs, respectueux et constructifs, ont permis de lever des incompréhensions et des malentendus manifestes.


En introduction, AJIR a exprimé sa déception sur le contenu du rapport de la CNIH et l'absence de propositions, AJIR ayant fait 33 propositions pour améliorer la loi de réparation, alors que la CNIH n'a retenu que l'ajout de 45 lieux à la liste existante.


La CNIH a indiqué qu'elle s'est focalisée cette année sur la recherche et l'étude de lieux à ajouter à la liste donnant droit à réparation, un travail important et très chronophage, n'ayant pas permis d'étudier d'autres sujets soulevés dans le rapport d'AJIR. Son Président a affirmé que la commission va, au cours de son mandat, se concentrer sur les autres questions soulevées par AJIR. 


Ensuite, AJIR a souhaité des clarifications sur les missions et les priorités de la CNIH, en rappelant que la réparation, notamment, des anciens reste prioritaire aux actions mémorielles ou culturelles de la CNIH et que parmi ses compétences elle a le pouvoir de faire des propositions pour améliorer la loi, en regrettant que ce pouvoir ait été très peu utilisé. 


Pour l'année en cours, AJIR a demandé à ce que ses propositions soient reprises par la CNIH et relayées, sous forme de propositions ou de recommandations étayées, auprès du gouvernement. 

 


La discussion s'est poursuivie avec l'examen de toutes les propositions d'AJIR, certaines d'entre elles ressortissant de la compétence de la CNIH, et d'autres relevant du gouvernement. Parmi celles relevant de la compétence de la CNIH, AJIR met en avant les points suivants : 


1 -  poursuivre l'ajout de lieux donnant droit à réparation,
2 - harmoniser, par le haut, les allocations de reconnaissance (harkis) et viagère (veuves), soit 700 € mensuels pour tous et toutes, quel qu'ait été leur choix dans le cadre de la loi de 2005,
3 - recevoir les harkis non passés par les camps ou hameaux de forestage pour étudier leur cas et leur proposer une réparation,
4 - lancer une étude de préfiguration d'une fondation nationale pour la mémoire des harkis,
5 - proroger le fonds social pour ceux qui sont passés par les structures et lieux ajoutés, avec les mêmes critères qu'en 2018 et des dossiers allégés et étudier une possible extension à tous les enfants répondant aux critères sociaux, qu’ils soient passés ou non par les structures listées. L'extension du fonds social à tous les enfants répondant à des critères sociaux, qu’ils soient passés ou non dans les structures listées,
6 - reculer la date limite de 1975 pour tenir compte des personnes restées dans les camps et hameaux de forestage au-delà de cette date. 


Trois propositions prioritaires ont pu ressortir de cet examen. Elles seront expertisées par la CNIH et remises au gouvernement pour décision. Il s'agit de l'harmonisation complète des allocations de reconnaissance et viagère pour les harkis et les veuves, la prorogation du fonds de solidarité en faveur des enfants de harkis pour tenir compte des sites ajoutés, l'étude de préfiguration d'une fondation pour les harkis.


Ce choix n'empêche pas de travailler sur d'autres propositions en fonction du temps et des moyens disponibles de la CNIH. Les propositions ne relevant pas de sa compétence, seront, lorsque cela est nécessaire, remontées aux instances décisionnaires.

 

 

 

Communiqué du Collectif des Associations des Alpes Maritimes

28/06/2023

Communiqué du Collectif des Associations des Alpes Maritimes

                        
              Collectif des Associations de Harkis des Alpes-Maritimes
             GRASSE ▪ CANNES ▪ LE CANNET ▪ MOUANS-SARTOUX ▪ VALBONNE ▪ CARROS    
                                                Monsieur Ali AMRANE, Président du Collectif                                       
                                                                                                                                                                                                                                                                                                   
Courriel : amrane.06@hotmail.fr

 

                                                                                                                                                 Grasse le 28/06/2023

 

A l’attention de Violette REMOUS

 

Bonjour Violette,


Je viens de prendre connaissance de tes écrits que tu colportes à l’encontre de notre collectif, en particulier sur l’association des harkis de MOUANS SARTOUX, pourtant parfaitement bien gérée par son président.


Nous t’avions confié le drapeau de l’association de MOUANS SARTOUX, pensant que tu le porterais avec fierté et reconnaissance envers nos parents. Or, sans même jamais t’acquitter de ton adhésion à l’association, tu as trahi notre confiance en allant vers d’autres dirigeants ou pseudo présidents d’autres départements, avec lesquels tu t’affiches sur les réseaux sociaux.


Ces derniers en effet n’ont eu de cesse de dénigrer notre collectif ainsi que le président d’AJIR.


Malgré tout, le président de l’association de MOUANS-SARTOUX t’avait  associée au dépôt de gerbe du 25 septembre 2022. Cependant tu as continué tes critiques contre nous.


Dans ces conditions, nous ne pouvions que prendre la décision de te retirer la fonction de porte-drapeau au sein de nos associations.


Aujourd’hui encore tu persistes dans ton attitude désobligeante à notre égard.


Pour rappel, quelques actions réalisées par notre collectif :


Au cours des dernières années, avec les associations de GRASSE, MOUANS- SARTOUX, CANNES, LE CANNET, VALBONNE et CARROS ont pu être mis en œuvre :
-    En 2016, en partenariat avec l’ONAC, Monsieur Abdheramen Moumene et d’autres associations, un travail de recherche sur les disparus de Rivesaltes et la pose de la stèle des disparus.

-   En 2014 et 2018 nous avons participé au groupe de travail, mis en place par François Hollande, dont l’objectif était d’aboutir sur une loi d’aide spécifique de solidarité en faveur des enfants de harkis.

 

Je salue particulièrement le travail effectué par le président Mohand Hamoumou accompagné de plusieurs associations, lors de ses différents rapports et propositions remis au Président de la République ainsi qu’à la ministre des anciens combattants, afin qu’une loi de réparation soit votée en 2022 en faveur des familles de harkis. Même si celle-ci ne répond pas à toutes nos attentes, aujourd’hui encore, n’en déplaise à ses contradicteurs, seule l’association AJIR est écoutée et entendue par les autorités et nos parlementaires, pour que d’autres propositions soient déposées prochainement : rente viagère pour les veuves, indemnisation pour tous les harkis et leurs familles quels qu’ils soient, rajout de lieux non identifiés…


Nous notons par ailleurs que ceux prétendument en désaccord avec cette loi, ont été les premiers à déposer un dossier d’indemnisation !


Pour mémoire, l’association AJIR a obtenu le rajout de 35 structures sur les 70 soumises par la Commission nationale de Monsieur Bockel, dont la cité des Mimosas de CANNES LA BOCCA et celle de SUPER ANTIBES, proposées par le collectif des harkis des Alpes Maritimes après avoir fourni un travail de recherches et de documentation.


Parmi les actions menées, nous participons Monsieur Seby et moi-même à des témoignages dans les lycées et collèges, dont un grand nombre d’associations se sont inspirées. Ce travail de mémoire consiste à mieux faire connaitre l’histoire de nos parents et de leurs enfants.


Je sais pouvoir compter, lors des cérémonies patriotiques, sur nos fidèles porte-drapeaux au nombre de 5, toujours présents à nos côtés.

 

Concernant par ailleurs le mode de fonctionnement de nos associations :  Il a toujours été basé sur la convivialité, le respect de chacun et le travail en commun.

 

Preuve en est :  
-    L’organisation du repas du 25 septembre dernier (160 personnes)
-    Le déplacement en bus à RIVESALTES en hommage à nos disparus en 2021 (48 personnes)
-    La journée d’étude à Ongles chaque année (à laquelle tu as participé)
-    Les différentes présentations de notre exposition dans plusieurs départements, exposition propriété du collectif et unique en France sur les camps de transit et les hameaux de forestage
-    L’organisation de la venue le 10 mai dernier de Monsieur Jean Marie Bockel à MOUANS - SARTOUX, réunissant plus de 200 personnes, adhérents et non adhérents.
Je tiens à signaler que tu n’as jamais été adhérente dans aucune de nos associations.


Comme dans toute association, les invitations sont envoyées aux adhérents. Le bouche à oreille fait le reste pour toutes les autres personnes non adhérentes qui souhaitent être présentes. C’est ainsi que beaucoup de non adhérents ont participé aux échanges avec Monsieur Bockel accompagné du Préfet Delgrande, dans un climat serein.


Pour terminer, la semaine dernière nous étions reçus à Paris par le Président de la commission, pour lui soumettre nos suggestions de sorte à faire évoluer la loi de réparation sur 3 axes principaux :
-  indemnisation pour tous les harkis et leurs familles,
-  attribution d’une rente viagère de même montant pour toutes les veuves,
-  création d’une fondation pour les harkis.

 

Concernant l’annexe 4 du rapport , J’ai demandé au nom du collectif à Monsieur le président Bockel, qu’elle soit retirée.

 

Concernant tes références à plusieurs reprises au « chef » :


Pour ton information il n’y a que des présidents d’association bénévoles, qui ont toute autonomie et responsabilité pour gérer leur association comme ils le souhaitent avec les membres de leur bureau.


Il y a ensuite un président du collectif qui regroupe les associations dans les Alpes Maritimes, lequel fédère les projets communs et veille à leur réalisation, dans le respect et à la confiance de tous.


Pour mémoire, notre collectif fait partie des associations les plus représentatives, au plan départemental comme au plan national.


Lorsqu’on se dit militante pour une cause, il faut être force de propositions et de projets, au lieu de passer son temps à polémiquer et critiquer des personnes qui travaillent depuis de nombreuses années et font avancer la cause.

 

 

 

 

 Ali AMRANE
Président du collectif des associations de harkis des Alpes Maritimes
Vice-président AJIR France

Cérémonie commémorative à Largentière...

27/06/2023

Cérémonie commémorative à Largentière...


Ce rassemblement digne et convivial a permis, comme chaque année, de se souvenir que les marins de la DBFM de Nemours ont exfiltré en juin 1962 près d’un millier de personnes malgré les télégrammes de Joxe et Messmer du 12 mai qui interdisaient ces « rapatriements ». Les officiers de la DBFM ont passé outre les consignes d’abandon. Comme d’autres officiers mais eux avaient l’avantage d’avoir des bateaux ! Ils ont appliqué ce cri d’honneur des amiraux de Castille « Plutôt mourir que d’abandonner un seul de nos hommes ». 


 

Samedi à Largentière, où la DBFM avait installé les Harkis, des officiers ont rappelé ce devoir de protection de leurs frères d’armes. En sauvant les Harkis, ils ont aussi sauvé l’honneur de l’armée.

 

 


 

Le Président Yacinne Khelifi a rappelé le sens de cette journée et devant de nombreux présidents d’associations a lancé un appel à la fraternité et à la solidarité, terminant par cette belle citation de Victor Hugo « Par l’union, vous vaincrez. Étouffez toutes les haines, éloignez tous les ressentiments, soyez unis, vous serez invincibles. » 

 

 

 

 

 


Après la partie solennelle devant la stèle et les porte-drapeaux, un méchoui et couscous furent servis. Le lendemain, certains ont pu profiter d’une visite guidée de Largentière.

 


 

Mohand Hamoumou, Président national d’AJIR, avait répondu à l’invitation amicale du Président de l’ARHE. Une délégation de 12 personnes représentait AJIR France, venues de Drôme, Moselle, Paris, Puy-de-Dôme, Lozère, Alpes Maritimes, Hérault, Bouches du Rhône.

 

 

 

 

 

 


Le Président d’AJIR a félicité le Président de l’ARHE et son équipe pour la qualité de l’organisation de cette cérémonie. 

Un discours lors de la projection de "Harkis - L'Héritage" à Bollène.

18/06/2023

Un discours lors de la projection de "Harkis - L'Héritage" à Bollène.

Mesdames, Messieurs les membres du Conseil Municipal,

Madame la Présidente de l'UDACFME 84, chère Rachida, merci infiniment pour ton invitation et me permettre de prendre la parole aujourd'hui,

Monsieur le Directeur de l'ONACVG 84, représentant la Préfète de Vaucluse, cher Franck Tison,

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs, et si vous me le permettez, chers amis,

 

Aujourd'hui, je me tiens devant vous pour parler d'un chapitre souvent négligé de notre histoire : les Harkis et leur rôle pendant la guerre d'Algérie. Je veux (souhaite) souligner l'importance de la reconnaissance de la France envers ces femmes et ces hommes courageux, ainsi que la responsabilité que nous avons en tant que société de perpétuer le devoir de mémoire pour les générations futures.

 

Ma guerre d'Algérie a été une période tumultueuse et douloureuse, marquée par des divisions profondes et des souffrances incommensurables. Au milieu de ce conflit complexe, les Harkis ont joué un rôle crucial. Originaire d'Algérie, ces femmes et ces hommes ont choisi de soutenir la France dans sa lutte contre le FLN (Front de Libération Nationale), faisant preuve d'un dévouement inébranlable malgré les risques élevés pour leur vie et celle de leur famille.

 

Les Harkis ont servi comme supplétif de l'armée française, apportant leur connaissance du terrain, leur courage et leur détermination à la cause française. Ils ont combattu aux côtés de nos soldats, risquant leur vie dans des opérations périlleuses. Leur contribution à la protection des intérêts français en Algérie ne peut être sous-estimée. Ils ont été des piliers essentiels dans la lutte contre l'insurrection et leur présence à permis de sauver de nombreuses vies françaises.

 

Cependant, lorsque la guerre a pris fin, les Harkis ont été confrontés à un destin tragique. Beaucoup ont été abandonnés par la France, livrés à leur sort dans une Algérie qui n'était plus la leur. Ces femmes, ces hommes, et même leurs enfants, ont été victimes de représailles impitoyables de la part de ceux qui considéraient leur engagement aux côtés de la France comme une trahison. Nombreux sont ceux qui ont été persécutés, torturés et même tués.

 

Il est essentiel que la France reconnaisse et assume cette responsabilité historique. La reconnaissance de l'engagement des Harkis et de l'injustice qui leur a été infligée est un devoir moral. Cela signifie reconnaitre leur loyauté et leur courage, et leur accorder la dignité qu'ils méritent. Il s'agit également d'offrir des réparations et des compensations aux survivants et à leurs familles pour leur permettre de se reconstruire et de se réconcilier avec  un passé douloureux.

 

Mais la reconnaissance ne suffit pas. Nous devons également perpétuer le devoir de mémoire envers les Harkis pour les générations futures. Cela implique de transmettre l'histoire de ces femmes et ces hommes à nos enfants, dans les écoles et les lieux de mémoire. Il est de notre responsabilité de préserver leur héritage et de sensibiliser les jeunes générations à leur sacrifice et à leur contribution à notre nation.

 

La mémoire collective est un puissant outil pour façonner l'avenir. En enseignant l'histoire des Harkis, nous inculquons des valeurs telles que la solidarité, le respect et l'engagement. Nous montrons aux générations futures que la diversité est une richesses, que le courage peut transcender les frontières et que l'humanité triomphe lorsque nous nous soutenons mutuellement.

 

Mesdames et Messieurs, la reconnaissance de la France envers les  à la construction d'une société plus juste, plus inclusive et plus respectueuse de son passé. N'oublions jamais le sacrifice de ces femmes et ces hommes, assurons-nous que leur héritage soit préservé pour les générations à venir.

 

En tant que Président de l'Association d'éloquence et de débats de l'Université d'Avignon, je contribuerai à mon niveau à transmettre l'histoire des Harkis aux jeunes générations, car mon association et moi-même avons pour projet d'organiser ce même évènement à l'automne 2023. Alors, félicitations et tous nos remerciements Rachida pour ton énergie, ton engagement depuis de nombreuses années et la tenue de cet évènement !

 

Je vous remercie.

 

AJIR : Association Justice Information Réparation, pour les Harkis. Contact : ajirfrancecontact@gmail.com  Association loi 1901 - tout don  à l'association est éligible aux réductions d'impôts