Vous souhaitez faire un don pour l'association ?

cliquez ici

AJIR : Association Justice Information Réparation, pour les Harkis. Contact : ajirfrancecontact@gmail.com  Association loi 1901 - tout don  à l'association est éligible aux réductions d'impôts

Actualités

Association Justice Information Réparation pour les Harkis

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23

Tensions entre l'Algérie et la France : le dessous des cartes

08/10/2021

Tensions entre l'Algérie et la France : le dessous des cartes

 Le Président français a répondu sans langue de bois. Il a souligné ce que tous les connaisseurs de l’Algérie savent, pointant « une histoire officielle totalement réécrite » par Alger qui « ne s’appuie pas sur des vérités » mais sur « un discours qui repose sur une haine de la France ».

 

Les dirigeants algériens s’en sont aussitôt offusqués, rappelant leur Ambassadeur à Paris et allant même jusqu’à interdire le survol de leur territoire par les avions militaires qui approvisionnent au Mali les soldats de l’opération Barkhane.

 

En réalité le Président Macron n’a fait que dire des évidences connues de tous mais qu’une frange du pouvoir algérien continue de refuser car l’instrumentalisation de l’histoire depuis 60 ans leur est indispensable pour détourner l’attention du peuple algérien de la gestion déplorable du pays, bien loin des idéaux de la révolution. Une caste s’est en effet accaparée pouvoir et richesse, avec une corruption répandue et la liberté d’expression muselée.

 

En fait, les Algériens savent que les propos du Président français sont vrais. Ils sont davantage gênés par la réduction du nombre de visas. A ce sujet, le gouvernement algérien devrait être interpellé par le fait que la majorité de sa population rêve de quitter son pays pour aller vivre chez l’ex colonisateur !  Une certaine logique voudrait d’ailleurs que les visas soient accordés en priorité aux enfants d’anciens harkis restés en Algérie et victimes de discriminations.

 

Quant au refus du survol de son espace aérien par les avions militaires français, la raison en est d’abord la tension sur le rôle de l’armée algérienne dans la stabilité de cette région subsaharienne. La France souhaite  réduire ses effectifs et être remplacée par l’armée algérienne qui se refuse à le faire craignant d’apparaître comme alliée de l’ex puissance colonisatrice dans un pays africain.

 

Des tensions entre l’Algérie et la France il y en a régulièrement depuis un demi-siècle.  En 1976 déjà,  un enfant d’ancien harki parti en Algérie avec sa mère avait été interdit de retour. En réaction, des membres d’une association d’anciens Harkis avaient  alors pris des immigrés algériens en otage pour exiger le retour  de l’enfant. 

 

Le 16 juin 2000, le Président Bouteflika, en visite officielle à Paris insulte les Harkis et donc la France lors d’une interview sur une chaîne de télévision publique. Un an plus tard, le 25 septembre 2001, le Président Chirac rend hommage aux Harkis et parle  de la « barbarie » des massacres en Algérie après l’indépendance.

 

En 2005, un article de  loi  évoquant « l’œuvre positive de  la France en Algérie » suscite des remous et conduira à annuler un traité d’amitié annoncé.

 

En janvier 2020, le  rapport Stora  demandé par le Président Macron pour réconcilier toutes les mémoires de la guerre d’Algérie enflamme les passions au lieu de les apaiser. En France comme en Algérie, il est violemment rejeté.

 

En mai 2020, l’ambassadeur algérien à Paris est rappelé après la diffusion d’un documentaire par deux chaînes publiques françaises sur les manifestations pro-démocratie (Hirak) en Algérie.

 

Ce rapide rappel montre que la tension algéro-française de cette semaine n’est pas la première et probablement pas la dernière en raison d’une relation ambivalente entre l’Algérie et la France, née de la colonisation et de la guerre d’indépendance.

 

Le Président Macron a fait beaucoup de gestes prouvant sa volonté d’assumer toutes les pages de notre histoire afin de ne pas laisser les non-dits ou mensonges sur le passé empoisonner le présent et l’avenir : déclaration sur la colonisation « crime contre l’humanité », restitution de cranes d’Indigènes tués lors de la conquête, reconnaissance de l’assassinat d’Ali Boumendjel, commande du rapport Stora, etc.   Le Président recherche l’apaisement par la vérité historique car les deux pays ont, tous les deux,  un intérêt à avoir des coopérations fortes sur les plans économiques et stratégiques, notamment dans la lutte anti- terroriste.

 

Pour l’instant, des gouvernants algériens issus du FLN  ne sont pas encore prêts à porter un regard lucide et critique sur l’histoire de la guerre d’Algérie, car sa réécriture sert à légitimer leur pouvoir. Mais avec le temps et leur disparition, les nouvelles générations, plus libres vis-à-vis du passé, privilégieront l’avenir et accepteront une histoire factuelle avec ses pages glorieuses et ses pages sombres. Comme l’a écrit Zola, « quand la vérité est en marche, rien ne l’arrête ».

Zohra ... nous a quitté !

07/10/2021

Zohra ... nous a quitté !

Zohra Benguerrah, depuis très longtemps militante de la cause Harkie et déléguée régionale d'AJIR Occitanie, nous a quitté dans la nuit du 7 au 8 octobre 2021 emportée prématurément par la maladie. Tous ceux qui l'ont connue sont bouleversés. 

 

Nous saluons sa mémoire et son dévouement sans faille dans la lutte pour obtenir la reconnaissance de la responsabilité de la France dans l'abandon et l'accueil indigne des Harkis.

 

A sa famille, AJIR et l'ensemble de ses adhérents présentent leurs sincères condoléances et expriment leur solidarité et leur soutien face à cette terrible épreuve.

 

Qu'elle repose en paix.

Et maintenant... ?

03/10/2021

Et maintenant... ?

On sent beaucoup d’émotion dans vos messages de remerciement  pour avoir obtenu la demande de pardon du Président de la République à vos pères.  Avec souvent le regret qu’ils ne soient plus là pour l’entendre. Transparaît aussi dans vos messages comme un apaisement. Le long combat de tant d’entre nous pour rendre justice à nos parents n’aura pas été vain. Certains en ont pleuré.

 

Beaucoup expriment leur soutien pour la suite et demandent à adhérer ou ont fait un don. Cela nous touche. Peu importe la somme c’est le geste qui compte. Les mots de soutien c’est bien, des actes (adhésion ou don) c’est mieux.

 

Certains expriment le désir de créer une délégation  AJIR dans leur département lorsqu’il n’en existe pas encore ou que leur association représente AJIR. C’est bien sûr possible si nous partageons objectifs et valeurs.  Plus nous serons présents partout plus nous pourrons agir partout auprès des parlementaires. On n’a plus le temps de parler d’union ou d’en rêver. L’urgence est à l’action. On a quelques mois pour  peser, pour que la loi soit à la hauteur des valeurs de la République et de sa dette à l’égard des Harkis.

 

On compte sur vous.  

Mauvais procès : faire et laisser braire !

01/10/2021

Mauvais procès : faire et laisser braire !

La loi réclamée depuis si longtemps, par de nombreuses associations, devient d’un seul coup insuffisante voire inutile ! La commission d’évaluation des préjudices n’est pas constituée (à notre connaissance) que déjà certains veulent la torpiller… tout en rêvant d’en faire partie ! Oui, ils ne sont pas à une contradiction près.

La mauvaise foi, la méchanceté et la bêtise n’ayant pas de limite, on assiste depuis quelques temps à un florilège d’attaques ridicules.

 AJIR ou son Président, et les 3 personnes qui ont pris la parole ne représenteraient pas les Harkis ? Quand ont-ils dit qu’ils représentaient tous les Harkis ? Le plus risible est que cette critique vient de personnes qui ont fait partie de la commission Ceaux sans se poser de question sur leur légitimité (et avec quel résultat !!) ou de Présidents auto-proclamés et sans adhérents ! Au lieu d’être fiers de voir des personnes compétentes et crédibles, respectées en haut lieu, se battre pour les anciens harkis et leurs familles, cette poignée de frustrés les critique et essaye de les salir. Ils préfèrent être représentés par des personnes qui osent interrompre le Président de la République au mépris de l’éducation la plus élémentaire ?

 

AJIR "roulerait" pour Macron? Au sein d’AJIR il y a des gens de gauche, de droite, du centre et de nulle part. L’apolitisme d’AJIR ne consiste pas à refuser à ses membres des convictions politiques mais à avoir en son sein des personnes de tous les bords. AJIR existe depuis 1998 et n’a fait campagne pour aucun candidat. Boussad Azni, en son temps, avait lui fait ouvertement campagne pour Sarkozy… et AJIR ne l’a pas critiqué ni vilipendé pour cela. Car AJIR a mieux à faire que critiquer d’autres associations.

 

L’annonce du 20 septembre est un coup électoral? Le Président était prêt à aller vers la réparation dès 2019 (voir discours lors de la cérémonie du 9 juillet). Mais la crise sanitaire d’une rare violence a tout relégué au second plan. De plus qui a empêché les autres Présidents de demander pardon, faire un projet de loi reconnaissant la responsabilité de l’Etat français et mettre en place une commission d’évaluation des préjudices ?

 

 

AJIR ne s’occupe des Harkis que depuis un an ?  AJIR existe depuis 1998. Lors des débats pour la loi de 2005, une seule association a été citée : AJIR. En 2000, lorsque Boutéfklika insulte les Harkis c’est Mohand Hamoumou qui répond le lendemain à la télé après une opération concertée avec Abdelkrim Klech!

 

On ne parle que des 4 intervenants à l’Elysée alors que tant d’autres se sont battus pour cette cause?. A l’Elysée, malgré le temps court imparti, Claire Houd a rendu hommage à Abdelkrim Klech et Mohand Hamoumou  a commencé son discours par « une pensée pour tous ceux qui ne peuvent être là, de M’Hamed Laradji à Abdelkrim Klech».

 

On  ne perdra pas plus de temps ni d'énergie car nous ne convaincrons pas ces jaloux maladifs qui font que notre communauté passe pour la championne de « l’art de perdre » comme dit Alice Zéniter (lire ici).  Désormais on ne répondra plus. On préfère continuer à travailler.

Merci à toutes celles et tous ceux qui nous ont rejoint. Ensemble continuons à  veiller à ce que la volonté du Président ne soit pas déformée ou réduite. Continuons de rassembler les personnes constructives, positives pour être plus fort et veiller à une juste réparation de tous les préjudices avérés. Merci aux associations qui nous rejoignent et aux sections départementales AJIR qui se créent. Afin d’agir pour les Harkis, leur mémoire, leur honneur. C’est cela qui compte.

Au fond, on aime bien la devise de la Légion étrangère : « Faire et laisser braire ! »

Actualités :