AJIR Moselle : en première ligne sur le front de la mémoire !

Même en plein vacances d'été, AJIR Moselle et sa présidente poursuivent avec acharnement la bataille de la mémoire pour les anciens Harkis comme le relate un article de Hervé BOGGIO dans le Républicain Lorrain à lire ci-dessous.

 

Vous souhaitez faire un don pour l'association ?

cliquez ici

Actualités

Association Justice Information Réparation pour les Harkis

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42

Lettre au Président de la République

23/04/2024

Lettre au Président de la République

Le 19 avril 2024



A Monsieur Emmanuel MACRON
Président de la République


Monsieur le Président,


Le 20 septembre 2021, vous avez eu le courage de demander, au nom de la France, « pardon aux soldats abandonnés et à leurs familles ». Vous avez aussi reconnu, comme vos prédécesseurs, l’abandon après le 19 mars 1962 ainsi que les conditions indignes d’accueil infligées sur le sol métropolitain. Mais vous êtes allé plus loin : vous l’avez fait inscrire dans une loi. De cela, les harkis, leurs familles, leurs amis vous en sont reconnaissants.


Cependant, nous l’avions écrit, la loi votée en 2022 était incomplète voire injuste. Parce qu’il n’y a pas eu de commission d’évaluation des préjudices, préalable indispensable à une juste réparation. La loi applique à ceux ayant vécu dans les camps et hameaux de forestage le barème utilisé par le Conseil d’Etat pour les détenus se plaignant de purger leur peine dans des conditions indignes soit mille euros par an, sans distinction entre diverses situations (camps, hameaux isolés, cités urbaines, etc.). Elle n'a pas évalué les préjudices de ceux qui ont pu fuir les massacres par leurs propres moyens à la suite de l’abandon et de la limitation drastique des rapatriements, excluant injustement de toute réparation la moitié des familles de harkis.


AJIR et d’autres associations avaient proposé des amendements pour combler les manques du projet de loi gouvernemental. Mais ils furent systématiquement rejetés, sans arguments convaincants, par Madame Darrieussecq, Secrétaire d’Etat aux anciens combattants et à la mémoire et par Madame Mirallès, rapporteure de la loi, qui ne furent pas à la hauteur de l'enjeu. Conscients que la réparation parcimonieuse proposée par cette loi ne saurait clore dignement le dossier lancinant des Harkis, de nombreux députés ont affirmé que ce n'était qu'un pas supplémentaire vers la reconnaissance due aux harkis et qu'il faudrait poursuivre le travail engagé sous votre impulsion.


A cette fin, a été décidée la création d'une commission devant suivre et améliorer la loi par des propositions. Hélas ce n'était pas la commission d'évaluation des préjudices que nous avions demandée. Si elle a fait un travail utile pour ajouter des lieux de relégation absents du décret et signalés par AJIR et quelques associations, force est de constater que cette commission n’a pas fait preuve d’audace en termes de propositions. Nous lui avions pourtant remis, ainsi qu’à Madame Mirallès, un rapport de 70 pages avec des propositions argumentées. Elle s’est limitée à valider les indemnisations soumises par l’Onacvg qui, faute de moyens nous dit-on, traite les dossiers avec une lenteur exaspérante et des erreurs trop fréquentes. Les résultats de cette commission ne sont donc pas à la hauteur des attentes malgré son président empathique et très investi.


L’arrêt récent de la CEDH, à la suite de la plainte de la famille Tamazount, rappelle clairement que la réparation proposée par la loi de 2022 n’est pas adaptée aux préjudices subis. Il nous semble donc urgent de tenir compte de l’inadéquation de cette commission par rapport au problème fondamental à traiter : établir une grille hiérarchisée et argumentée des différents préjudices subis par les Harkis et leurs familles, passés ou non par des camps, puis proposer une juste réparation adaptée à chaque catégorie de préjudices reconnus. 


Certes, l’arrêt de la CEDH ne vise que les conditions indignes de vie dans le camp de Bias et ne concerne que les 4 plaignants. Certes, la Cour s’interdit d’imposer à l’Etat français, une réparation pour les séjours antérieurs à mai 1974, date de ratification de la convention par la France. Mais nous vous demandons, Monsieur le Président, d’appliquer cet arrêt non à la lettre mais dans son esprit et donc d’étendre à toutes les personnes visées par loi, voire à celles arrivées en France par leurs propres moyens, la réparation préconisée par la CEDH pour les « structures de toute nature » aux conditions de vie indignes. Il est aussi possible de décider un moratoire de 6 mois en attendant les recommandations d’une vraie commission d’évaluation des préjudices.


Par ailleurs, quelles que soient les sommes allouées, certains préjudices sont irréparables au sens d’ineffaçables. Et à avoir trop attendu, la grande majorité des anciens harkis sont hélas partis sans avoir entendu votre demande de pardon ni avoir bénéficié de la loi de 2022. Il reste à préserver leur mémoire et à faire connaître leur histoire. C’est le sens de la nécessité d’une fondation autonome, reconnue d’utilité publique car il n’existe à ce jour aucune fondation pour la mémoire des Harkis et des combattants de l’union française. Elle sera l’aboutissement d’une démarche, que vous avez entreprise avec courage, de reconnaissance et de réparation.

 

Nous serions très honorés de pouvoir échanger avec vous ou vos conseillers des suites possibles à donner à la loi de 2022 à la lumière de l’arrêt de la CEDH.

 

Nous vous prions d’accepter, Monsieur le Président, l’expression de notre considération respectueuse.

 

Pour le Bureau national d’AJIR,*
Mohand Hamoumou, Président.

 

 

  • Ali Amrane, Said Balah, Marie Gougache, Mohamed Haddouche

 

 


ajirfrancecontact@gmail.com
www.ajir-harkis.fr

Affaire Tamazount et autre c. France : le point de vue d’AJIR pour les Harkis*

19/04/2024

Affaire Tamazount et autre c. France : le point de vue d’AJIR pour les Harkis*

Quelle est la condamnation précise de la CEDH contre la France ? 
La CEDH constate que les conditions de vie quotidienne des résidents du camp de Bias n'étaient pas compatibles avec le respect de la dignité humaine et s'accompagnaient en outre d'atteintes aux libertés individuelles. Elle caractérise ainsi la violation des articles 3 et 8 de la convention et de l'article 1 du protocole n°1.


La cour estime que les sommes allouées aux requérants sont modiques par comparaison avec ce qu'elle octroie généralement dans les affaires relatives à des conditions de détention indignes et déduit que ces sommes n’ont pas couvert les préjudices liés aux autres violations de la Convention.


Dans ces conditions, l'Etat français est condamné à verser un complément aux requérants, dans un délai de trois mois à compter de la date à laquelle l’arrêt sera devenu définitif, la somme de 4 000 EUR par année passée au sein du camp de Bias, toute année commencée étant intégralement prise en compte, plus tout montant pouvant être dû à titre d’impôt, au titre des dommages matériel et moral découlant du séjour au sein du camp de Bias  et moins les sommes déjà perçues pour la même période.


L’arrêt de la CEDH parle de 4000€ par année passée au camp mais propose entre 3700 et 5800€ aux quatre plaignants. Pourquoi ?
Les juges de la CEDH ont estimé que la juste réparation des conditions de vie à Bias devrait être de 4000€ par an. Mais comme la France n’a signé la convention européenne des droits de l'Homme qu'en mai 1974, la CEDH ne peut condamner l'État français que pour la période de mai 1974 à fin 1975 (date officielle de fermeture des camps). 
Et elle déduit au prorata temporis les sommes perçues pour cette période après le jugement du Conseil d'état

 

Est-ce la suite de l’affaire Tamazount jugée par le Conseil d’Etat en octobre 2018 et lui attribuant 15 000€ pour les 12 ans passés au camp de Bias ?
Oui. Pour aller devant la CDEH, il faut d’abord être allé devant les tribunaux de son pays car en vertu de l'article 35 § 1, la CEDH ne peut traiter une requête qu’après épuisement de l’ensemble des voies de recours internes (c’est à dire les différentes instances judiciaires françaises, du TA au CE).

 

Donc c’est une affaire engagée depuis longtemps ?
Oui cela dure depuis près de 13 ans ! Cela a commencé avec une demande indemnitaire le 20 juillet 2011 de Kader Tamazount. Trois ans plus tard, le Tribunal administratif de Cergy- Pontoise a rejeté sa demande de condamnation de l’Etat à lui verser une somme d’un million d’euros en réparation des préjudices subis à cause de l’abandon des Harkis et des conditions indignes d’accueil dans les camps.


Il y a ensuite jugement en appel devant la Cour administrative d'appel et devant le Conseil d’Etat en 2018 et enfin l’arrêt de la CEDH en avril 2024 ! On ne peut que saluer la ténacité de Charles Tamazount et sa compétence juridique.

 

Est-ce que la France va devoir payer uniquement pour les années 74 et 75 ou à partir de 1962 ?

Si on prend l’arrêt à la lettre, l'obligation ne porte que sur les sommes inscrites dans l’arrêt pour la période considérée.


Si on interprète l'arrêt dans son esprit, évidemment l'Etat devrait verser la somme de 4000€ par an à partir de 1962. Cette somme pourrait faire l'objet d'une des mesures proposées par l'Etat français pour effacer les conséquences des violations ainsi jugées. S'agissant de la période, la loi de février 2022 a fixé la période d'indemnisation entre le 20 mars 1962 et le 31 décembre 1975. 

 

Est-ce que cela vaut pour toutes les familles de harkis ?
C'est le même raisonnement que la question précédente ! 


 En droit strict, le paiement ne s'impose que pour les personnes qui ont porté plainte pour leurs conditions de vie au camp de Bias. Mais là aussi on comprend bien que l'Etat est face à une obligation morale de verser le même montant à toutes les personnes placées dans les mêmes conditions et circonstances que celles qui ont fait l'objet de la condamnation.

 

Et pour ceux qui ne sont pas passés par le camp de Bias ou un camp similaire ?
L’Etat pourrait dire que les conditions de vie dans les hameaux de forestage ou dans les cités urbaines étaient différentes de celles des camps. Tel est déjà le cas dans le contexte juridique actuel puisque sont exclues de la loi, les personnes qui ne sont pas passées par les camps, hameaux de forestage ou autres structures car parvenues en métropole hors plan – minimaliste - de rapatriement.

 

Pourtant la loi du 23 février 2022 et la CNIH ne font pas de différence entre les camps et les hameaux de forestage ou les cités urbaines ?

Oui, la loi propose la même réparation pour les conditions de vie indignes pour « les structures de toute nature ».  Le premier rapport de la CNIH reflète cela puisque des structures très différentes des camps ont été ajoutées à la liste des structures donnant droit à la réparation prévue par la loi du 23 février 2022. En toute logique, l’Etat devrait donc verser 4000€ par année passée par une personne dans une des structures ouvrant droit à réparation.

 

Mais ce n’est pas ce qu’exige la CEDH ?
Non la CEDH traite uniquement du camp de Bias. Et plus précisément du cas des 4 plaignants de la famille Tamazount.

 

Comment pousser l’Etat français à généraliser ce cas à toutes les personnes ayant subi ces conditions de vie indignes ?
Les moyens d’actions pour un groupe afin de faire aboutir ses revendications sont connus. Ils varient selon les époques et les stratégies des groupes :

-La mobilisation de masse (manifestation dans la rue, grève,)
-Faire pression via les médias (et réseaux sociaux) à partir d’un élément déclenchant (grève de la faim, interview choc, blocage d’autoroute, prise d’otage,...)
-La voie judiciaire pour transformer des tribunaux en porte-voix et faire condamner l’Etat
-La voie politique : convaincre le pouvoir exécutif et législatif pour obtenir lois et amendements.

 

Par le passé les deux premiers moyens ont été utilisés par des associations de Harkis. Aujourd’hui, elles recourent surtout aux deux derniers. En réalité, il ne faut pas les opposer ; ils ne sont pas exclusifs les uns des autres et peuvent au contraire se renforcer.

 

AJIR a choisi de privilégier la voie politique sans s’interdire les autres. 


C’est en travaillant avec les parlementaires, en suscitant l’écoute du Président et de ses conseillers qu’on a pu faire avancer les revendications d’une loi de réparation, de reconnaissance de l’abandon, de la demande de pardon, du doublement de la rente viagère et l’an dernier de son extension à toutes les veuves d’anciens harkis. Et on espère pouvoir convaincre de la création d’une fondation, et de la mise en place d’une vraie commission d’évaluation.

 

Et pour ceux abandonnés en Algérie après le 19 mars 62 et ceux qui ne sont pas passés par les « structures d’accueil » car arrivés hors plan de rapatriement ?
La loi du 23 février 2023 et le fonds de solidarité de 2018, comme l’arrêt de la CEDH, excluent les personnes qui ne sont pas passées par les camps ou autres structures. Toutes ces mesures oublient les personnes qui ont le plus souffert de l’abandon : celles qui, n’ayant pas été rapatriées ni protégées, ont subi emprisonnement, torture ou massacres après les accords d’Evian du 19 mars que la France n’a pas fait respecter. L’arrêt de la CEDH comme celui du Conseil d’Etat et d’autres jugements ont le mérite d’obliger à réparer le préjudice des conditions indignes d’accueil en métropole. Mais ces jugements refusent de condamner l’Etat français à réparer les conséquences de son abandon des Harkis après le 19 mars 1962.

 

Que va faire AJIR ?
Après concertation le bureau national a décidé : 


- d’écrire au Président de la République pour lui demander de tirer les conséquences de cet arrêt et de mettre en place une vraie commission d’évaluation des préjudices de toutes les catégories de victimes de l’abandon et des conditions indignes d’accueil.
- d’écrire aux parlementaires pour leur demander de faire une proposition de loi pour tenir compte de l’arrêt de la CEDH et des insatisfactions suscitées par la loi actuelle et sa mise en œuvre.
- de solliciter la CEDH pour être entendue au titre de tiers intervenant durant la phase d'exécution de l'arrêt
- d’organiser à Lyon en  mai une réunion de présidents et présidentes d’association avec la participation de juristes pour répondre à leurs questions et étudier la possibilité d’autres contentieux

 

Comme à son habitude, AJIR consulte de nombreux juristes pour tirer toutes les conclusions de cet arrêt important de la CEDH avant de s’engager dans la bataille de la généralisation à tous les Harkis de cette décision. 
AJIR prendra également part aux éventuels échanges avec les autorités avec détermination et conviction, au service de tous nos compatriotes.


Un recours de masse ou particulier devant les juridictions administratives françaises sera-t-il couronné de succès à la suite de cette décision de la CEDH ?
Juridiquement la décision de la CEDH fait jurisprudence et s’impose donc aux juges français mais dans les faits c’est un peu plus compliqué. 


En effet les juges auront à apprécier si les mêmes indignités, les mêmes violations et les mêmes pertes de chance existaient dans les autres lieux que Bias. 


Par ailleurs, il convient de ne pas oublier que la requête Tamazount parvenue à ce stade ne l’a été que parce que le représentant de l’Etat n’a pas invoqué la prescription quadriennale devant les juridictions concernées. Il est fort à parier que le gouvernement ne commettra pas la même « erreur » si les recours s’amplifient d’autant qu’il convient de signaler que la CDEH donne raison aux juridictions françaises en reconnaissant la faculté de l’Etat d’invoquer la prescription quadriennale et celle des juridictions de l’appliquer.


Enfin la lenteur de la justice est bien connue... Il faudra des années. Et pendant ce temps, chaque année, des femmes et des hommes nous quittent.


 Mais un contentieux de masse bien orchestré, avec sérieux et des avocats compétents, peut avoir un impact médiatique et politique par ricochet. Il ne faut donc par l’exclure même si on préfère essayer d’abord la voie politique.

 

Peut-on affirmer aujourd’hui que l’application de cet arrêt va être étendu à tous les lieux reconnus par les décrets d’application de la loi de 2022 et des lieux rajoutés sur proposition de la CNIH ?
L'Etat français, en l'occurrence, devra prendre les mesures en faveur des requérants, pour effacer les conséquences des violations constatées et adopter les mesures générales ou modifier la législation.


A ce titre, les mesures envisagées seront présentées sous forme de plan d'action et de bilan. Le Conseil des Ministres du Conseil européen accepte, approuve et clôt l'affaire par une résolution finale s’il juge que le plan d’action et son application répondent à la décision de la CEDH.


Cet arrêt n’est pas définitif. Dans un délai de trois mois à compter de la date de son prononcé, toute partie peut demander le renvoi de l’affaire devant la Grande Chambre de la Cour. Il lui appartiendra de statuer sur ce renvoi, avant de rendre définitif l'arrêt. Dès qu’un arrêt devient définitif, il est transmis au Comité des Ministres du Conseil de l’Europe qui en surveille l’exécution. 


Il convient de préciser que pendant le processus de surveillance, la société civile peut soumettre des communications relatives à l'exécution. 


En résumé, ce qui est certain aujourd’hui c’est que cet arrêt de la CEDH ne s’applique qu’aux résidents (auteurs de la requête) du camp de Bias et son extension à tous les autres lieux dont l’indignité des conditions de vie, la privation ou l’atteinte aux libertés individuelles ainsi que la perte de chance pour la scolarisation en vase clos ont été reconnues, dépendra du Gouvernement français et de la pression que les familles de Harkis seront susceptibles d’exercer sur ce même Gouvernement…


Cet arrêt confirme également la jurisprudence établie des juridictions françaises relatives « aux actes de gouvernement » par rapport aux dommages subis en Algérie. La demande de réparation en raison de l’abandon des Harkis en Algérie par la France est-elle définitivement close ? 
La CEDH a réaffirmé la responsabilité de la France dans l’abandon des Harkis après les accords d’Evian, abandon déjà reconnu par plusieurs Présidents de la République française et inscrit dans la loi de 2022.  Mais la demande des Tamazount de réparation des préjudices subis en Algérie en raison de l’abandon en Algérie a été rejetée en invoquant le privilège des actes de gouvernement.  La Cour entérine la jurisprudence du Conseil d’Etat et ferme la porte à toute demande de réparation pour faute des conséquences de l’abandon car les actes de gouvernement dans les relations internationales (en 1962 l’Algérie était un Etat en devenir) constituent le privilège du pouvoir exécutif (Président et Gouvernement).  Le pouvoir judiciaire (les tribunaux) ne peut donc pas interférer dans ce domaine (séparation des pouvoirs oblige).


Cependant l’arrêt de la CEDH ouvre une possibilité d’action au civil pour une réparation sans faute préalable de l’Etat français (la requête Tamazount n’avait pas invoqué cette possibilité) mais là encore le risque de prescription est important.
 

*Interview  du bureau national d’AJIR pour les Harkis réalisée le 15 avril 2024. Questions venant des délégations régionales.


Réponses : Ali Amrane, Said Balah, Marie Gougache, Mohamed Haddouche, Mohand Hamoumou, Mohamed Laazaoui

Compte rendu réunion AJIR-CNIH

05/04/2024

Compte rendu réunion AJIR-CNIH

Avant la réunion avec le Président et le Secrétaire Général de la CNIH, le Président d’AJIR et la vice-Présidente ont rencontré Abdel Kader Guerza, préfet, membre du conseil supérieur de l’appui territorial et de l’évaluation et Tramor Quémeneur, historien, directeur de projet, chargé des questions mémorielles sur la colonisation et la guerre d'Algérie, à la présidence de la République française.


L’échange a porté sur leur participation comme intervenants à notre séminaire du mois de juin. A également été évoqué le projet d’une fondation pour la mémoire des Harkis et peut être plus largement de l’Armée d’Afrique et autres combattants de l’union française.


Réunion CNIH de 16h à 17h15


Participants :
Jean-Marie Bockel – Président de la Commission
Marc del Grande – Secrétaire de la Commission
Charles Péreirra - chargé de mission
Mohand Hamoumou - Président d’AJIR France
Marie Gougache - Vice Présidente d’AJIRFrance
Mohamed Haddouche - Trésorier d’AJIR France et Président du FMH


A- Ordre du jour envoyé préalablement par AJIR

 

1- Dossiers réparation 1ère génération : où en sommes-nous ?

              - Sont-ils traités en priorité comme souhaité par AJIR, la CNIH et Mme la Secrétaire d’Etat ?

2 - Dossiers réparation dysfonctionnements :

              - Retards, erreurs, pas d'accusé de réception. L'ONACVG dispose-t-il de plus de moyens humains?

3 - Ajout de lieux :

             - Combien d'expertisés depuis avril 2024 ? Cas de l'Oasis  4. Fondation : position de la CNIH 

5 - Projet exposition & livre « Femmes et filles de Harkis, silences et résilience"
6 - Fonds de solidarité 2018-2022 :
              - Possibilité d’étendre pour les personnes des structures ajoutées ?

 

B- Compte rendu


1. Dossiers réparation 1ère Génération :

    

- Sur les 12 747 dossiers ayant reçu un avis favorable, 3 550 concernaient la 1ère génération (l’ONACVG traite en priorité les dossiers des personnes nées jusqu’en 1948).
- 80 % des harkis 1ère génération ayant déposé une demande de réparation ont été indemnisés. Restent à traiter ceux qui font partie des nouveaux sites reconnus en 2023.
- Concernant les dossiers qui ont été remontés par les DR d’AJIR via Saïd Balah, ces derniers devront se rapprocher de leurs adhérents pour vérifier s’ils ont été indemnisés. Il n’est pas possible à la CNIH et à l’ONACVg de nous signaler après chaque commission les dossiers validés et payés pour des raisons de protection des données personnelles.
- Le Premier Ministre a signé une lettre de mission à la SE, pour que l’ensemble des dossiers reçus par l’ONAC soient traités à la fin de la mission de la CNIH.


2. Dossiers réparation dysfonctionnements

 

- l’ONACVg a été saisi par la CNIH des dysfonctionnements que remontés régulièrement par AJIR et d’autres associations, (retards, erreurs, difficultés à joindre les onac départementaux..).
- Selon l’Onac, cela est dû à un manque de personnel. Il y a eu des embauches mais les nouvelles recrues ne sont pas encore toutes complétement formées et opérationnelles. Les erreurs sont corrigées lorsqu’elles sont signalées.
- L’ONACVg devrait embaucher quelques personnes supplémentaires.


3. Ajout de lieux 

    

- Point sur les 21 lieux qui n’ont pas été présentés en 2023 19 seront proposés cette année, 2 sont encore en cours d’expertise
- Depuis le rapport de l’an dernier, plus de 60 sites nouveaux sites ont été également expertisés soit plus de 80 au total
- Le rapport 2024 est en cours de finalisation et sortira ce mois d’avril. Près d’une quarantaine de nouvelles structures de toutes natures seront proposées pour être ajoutées à celles donnant droit à réparation. Parmi celles remontées par AJIR ou d’autres associations certaines seront réétudiées après un complément d’enquête.
- AJIR plaide le réexamen d’une structure au vu d’éléments complémentaires qui corrigent une erreur d’interprétation. La CNIH donne l’assurance que les nouveaux éléments seront pris en compte lors d’un prochain réexamen.


4. Fondation :


- La CNIH a reçu le contrôleur des armées en charge du rapport demandé par la Secrétaire d’Etat aux anciens combattant.
- AJIR expose sa vision d’une fondation pour les Harkis et autres combattants de l’union française. Le Président de la CNIH la juge intéressante et assure de son soutien à l’idée de Fondation qui s’inscrit dans la réparation morale.

 

5. Projet AJIR exposition photos « femmes et filles de harkis » et de livre/catalogue de l’expo. (Piloté par Sonia Hamadi, déléguée Hauts de France et Marie Gougache, VP)


La CNIH interviendra auprès de la Directrice de l’ONACVg pour appuyer ce projet pour le financement et l’aide au recueil d’entretiens.


6. Fonds de solidarité

 

- Un fonds avait été créé suite à la commission Ceaux (10 millions par an entre 2018 et 2022 pour les enfants en grande difficulté et ayant séjourné dans les camps ou hameaux de forestage). Par souci d’équité, AJIR demande une réouverture/prolongation de ce fonds de solidarité sur des critères sociaux clairs pour ceux des structures reconnues à partir de 2023. (C’est une des 33 propositions du rapport d’AJIR de 2023)
- Pour la CNIH, vu le contexte budgétaire actuel, il sera difficile en 2024 de l’obtenir malgré le bienfondé juridique.

 

Autres propositions du rapport AJIR évoquées


- La CNIH est d’accord pour étudier et pousser l’idée d’AJIR concernant une déduction de l’actif successoral des sommes perçues en qualité d’anciens Harkis lorsque le cas échéant il est demandé aux enfants héritiers le remboursement au conseil départemental des aides pour personnes âgées (en cas de maintien à domicile ou séjour en Ehpad)
- Pour les anciens Harkis qui après le 5 juillet 1962, ont été emprisonnés en Algérie (faute d’avoir été rapatriés) et qui ont pu venir en métropole par leurs propres moyens, donc sans passer par les camps ou autres structures, AJIR insiste pour qu’un acte de réparation soit fait. Il faut commencer par les cas des personnes reçues par la CNIH et dont les témoignages ne laissent aucun doute sur les conditions de vie indignes à leur arrivée (sans parler des conditions de survie en Algérie). Le Président est sensible à ce point mais reconnaît que c’est complexe juridiquement. Il va à nouveau regarder avec l’Onac ce qu’il est possible de faire

Polémique : Report des fouilles du Camp Joffre à Rivesaltes !

16/03/2024

Polémique : Report des fouilles du Camp Joffre à Rivesaltes !

Grasse le 13/03/2024

 

Madame Hermeline Malherbe
                                                                                                                   Présidente du Conseil Départemental 
des Pyrénées-Orientales Hôtel du Département
24 quai Sadi Carnot
66906 PERPIGNAN

 

 

 Monsieur Ali AMRANE Port : 06.16.27.69.72
 amrane.06@hotmail.fr
 62- bis chemin de la Pouiraque
 06130 GRASSE


 Madame la Présidente,

 

La présente concerne les disparus des familles de harkis du camp de Rivesaltes, qui y ont été enterrés sur une parcelle de terrain, entre 1962-1965. 
 
Cette parcelle est la propriété du Conseil départemental. 
 
Madame Patricia Miralles, secrétaire d'État aux anciens combattants, a donné son accord pour que des recherches complémentaires soient entreprises afin de retrouver les sépultures des disparus. 

 

 Nous souhaiterions que vos services apportent tout moyen utile pour soutenir ces recherches. 
 
 Or, nous apprenons que ces recherches, qui devaient commencer sous quinzaine, vont être retardées en raison de la présence de lézards osselets sur site, qui constituent une espèce protégée.
 
 Il est difficilement compréhensible pour les familles que la recherche des corps de leurs proches, c'est à dire des êtres humains, ne soit pas une priorité. 
 
 J'ai moi-même perdu mon frère jumeau, au camp de Rivesaltes. 

 

 Il y a trop longtemps que nous attendons de pouvoir enfin inhumer nos disparus dans la dignité, et faire notre deuil. 

 

C'est pourquoi Madame la Présidente, nous vous sollicitons pour que soient prises les mesures nécessaires de sorte qu'un calendrier strict et restreint soit établi. 
 
 Dans l'attente de vous lire, recevez Madame la Présidente, mes salutations respectueuses. 

 

Ali Amrane. 

 

 

 

Copie : à Madame Patricia Miralles
Secrétaire d'État aux anciens combattants

AJIR : Association Justice Information Réparation, pour les Harkis. Contact : ajirfrancecontact@gmail.com  Association loi 1901 - tout don  à l'association est éligible aux réductions d'impôts

Actualités :

Joe 20230923 0221 0009 230923 085940
180 ko
joe_20230923_0221_0009_230923_085940.pdf