AJIR : Association Justice Information Réparation, pour les Harkis. Contact : ajirfrancecontact@gmail.com  Association loi 1901 - tout don  à l'association est éligible aux réductions d'impôts

Association Justice Information Réparation pour les Harkis

AJIR à Evian le 18 mars

18/03/2021

AJIR à Evian le 18 mars

Une délégation d’AJIR pour les Harkis s’est rendue ce 18 mars 2021 à Evian pour  rappeler que les accords signés le 18 mars 1962 par la France et le FLN n’ont pas été respectés. Avec les conséquences dramatiques que l’on sait.

AJIR à Evian le 18 mars Une délégation d’AJIR pour les Harkis s’est rendue ce 18 mars à Evian. 

 

Objectifs : d’une part rappeler que les accords signés le 18 mars 1962 par la France et le FLN n’ont pas été respectés avec les conséquences dramatiques que l’on sait. D’autre part honorer la mémoire des victimes d’après le 19 mars notamment celles qui n’ont pas été rapatriées en métropole !

 

Initialement, une gerbe devait être déposée devant l’hôtel où furent finalisés et signés les accords (transformé en résidence privée). Mais il n’y a pas de plaque rappelant cet événement historique, comme si au fond il n’y avait pas de quoi être fier de ces accords et donc de les rappeler. D’ailleurs, rien dans la ville, ni rue, ni place, ni même impasse, ne se nomme Accords d’Evian !

 

Le dépôt de  gerbe a donc eu lieu devant le beau Monument aux Rapatriés. Ce monument érigé en 1922 n’était pas pour les rapatriés d’Algérie mais ceux fuyant les territoires occupés.  Qu’importe. Comme l’a rappelé le Président national, tous les Rapatriés ont en commun la violence de l’arrachement à leur terre natale et souvent des êtres chers laissés là-bas.

 

En raison de la Covid, la délégation était volontairement réduite  à 6 personnes dont 2 portes drapeaux,  tous de la région Rhône Alpes Auvergne, la plus proche d’Evian.

 

Madame le Maire d’Evian a ensuite reçu très chaleureusement la délégation à l’Hôtel de Ville.

Polynésie Française : Célébration du 25 septembre 2020 ! Cour pénale internationale : des crimes sans victimes ?