Assemblée Générale de AJIR france et Rencontre Nationale de 40 associations de Harkis A Riom

Les 11 et 12 septembre dernier s'est déroulé, à Riom dans le Puy de Dôme et à côté de Clermont Ferrand, l'assemblée générale de AJIR-France suivie par la rencontre de 4 associations de Harkis venues des différentes régions de France.

 

A l'issue de ces deux journées de travail studieux, dans un climat apaisé et respectueux des sensibilités des un et des autres et où toutes celles et tous ceux qui ont souhaité s'exprimer ont pu le faire librement, une synthèse a été faite par Mohand Hamoumou, président d'AJIR. Synthèse qui reprend l'essentiel des échanges qui ont lieu ainsi que les principales revendications exprimées...

Cette synthèse a été reprise sous forme de lettre ouverte (à lire ici) adressée au Président de la République avec la signature des 40 associations participantes.

 

Vidéo résumée des travaux de ces deux journées :

Association Justice Information Réparation pour les Harkis

Communiqué sur le rapport Stora

23/01/2021

Communiqué sur le rapport Stora

Communiqué sur le rapport Stora, à propos de la mémoire de la période coloniale par l'association AJIR pour les Harkis.

Communiqué sur le rapport Stora, 22 Janvier 2021.

 

L’Association AJIR soutient la volonté du Président de porter « un regard lucide sur les blessures de  notre passé » afin de réconcilier les peuples français et algériens. Les Harkis dont les familles furent  souvent divisées par la guerre, et l’histoire longtemps falsifiée, aspirent naturellement à la  réconciliation et à la vérité historique. 


On se félicite de voir reprise la proposition de l’association AJIR d’une commission pluridisciplinaire  internationale. Espérons qu’elle sera représentative de la diversité des acteurs de cette histoire. 


AJIR apprécie aussi que l’auteur du rapport ait compris et repris, le fait qu’excuses et repentances  étatiques sont déplacées et contre productives en ne faisant qu’alimenter ressentiment et  surenchère. C’était notre position et celle d’une majorité Français. 


En revanche AJIR déplore et dénonce des oublis importants qui ne sauraient être fortuits. Si la  question douloureuse des disparus, et notamment ceux du 5 juillet à Oran est évoquée, le non respect des accords d’Evian censés garantir leur sécurité et un choix de vie autre qu’un exode  imposé, n’est pas abordé. Les massacres et supplices de dizaines de milliers de Harkis après le 19  mars62 sont résumés par les seuls mots de « cruelles représailles». 


S’il ne peut y avoir d’apaisement sans gestes symboliques, encore faut-il qu’ils soient équilibrés.  Ainsi comment peut-on proposer d’accueillir au panthéon l’avocate Gisèle HALIMI pour avoir  défendu des rebelles algériens et ne pas proposer Rabah KELIFF qui sauva de massacres plusieurs  centaines de Pieds Noirs le 5 juillet 62 à Oran ou le Bachaga Boualem dont tant des siens périrent  pour la France ? 


Ce rapport a le mérite de ne pas souffler sur les braises. Mais ce souci d’apaisement conduit à trop  de « trous de mémoire » tant sur la vision algérienne que sur les drames des Harkis au sens  générique et des Pieds Noirs. On déplore également que l’armée ne soit évoquée qu’à travers la  dénonciation du recours par certains à la torture. Rien sur ces officiers qui ont cru qu’une Algérie  nouvelle, égalitaire, était possible et que des ordres ministériels obligèrent à abandonner les frères  d’armes qu’ils avaient engagés.  


Notre association réaffirme que l’attente principale des Harkis est absente du rapport : une loi de  reconnaissance et réparation, maintes fois promise voire proposée mais jamais votée. Nous  demandons au Président Macron, adepte de la vérité historique et attentif à ceux qui se sont battus  pour la France, de faire voter cette loi avant la fin de ce mandat.

 

téléchargez le communiqué ici

AJIR : Association Justice Information Réparation, pour les Harkis. Contact : ajirfrancecontact@gmail.com  Association loi 1901 - tout don  à l'association est éligible aux réductions d'impôts