Assemblée Générale de AJIR france et Rencontre Nationale de 40 associations de Harkis A Riom

Les 11 et 12 septembre dernier s'est déroulé, à Riom dans le Puy de Dôme et à côté de Clermont Ferrand, l'assemblée générale de AJIR-France suivie par la rencontre de 4 associations de Harkis venues des différentes régions de France.

 

A l'issue de ces deux journées de travail studieux, dans un climat apaisé et respectueux des sensibilités des un et des autres et où toutes celles et tous ceux qui ont souhaité s'exprimer ont pu le faire librement, une synthèse a été faite par Mohand Hamoumou, président d'AJIR. Synthèse qui reprend l'essentiel des échanges qui ont lieu ainsi que les principales revendications exprimées...

Cette synthèse a été reprise sous forme de lettre ouverte (à lire ici) adressée au Président de la République avec la signature des 40 associations participantes.

 

Vidéo résumée des travaux de ces deux journées :

Association Justice Information Réparation pour les Harkis

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21

Rapport Stora : rejeté mais pas enterré !

07/03/2021

Rapport Stora : rejeté mais pas enterré !

Le rapport Stora semblait mort et enterré. En France comme en Algérie il a été  copieusement et violemment critiqué, par de nombreux  journalistes, universitaires et associations.  AJIR a dénoncé le silence choquant sur la tragédie des harkis et sa vision partisane.  L’intention du commanditaire était louable en théorie : qui peut être contre la volonté d’apaiser et réconcilier par un discours de vérité ? Mais en pratique le choix d’une seule personne et  de plus connue pour ses engagements politiques ne pouvait que condamner cette initiative à un  échec. On voit mal en effet aujourd’hui comment l’Algérie accepterait une commission franco-algérienne. Ni comment les différentes populations concernées (Pieds noirs, Harkis, appelés, …) feraient confiance à une commission choisie et présidée par Stora.

 

Pourtant ce rapport tente de survivre sous forme d'un livre. Et grâce à son réseau de journalistes (Benjamin Stora a lui-même animé des émissions à la radio) l'auteur peut défendre son rapport ou faire la promo commerciale de son livre sur les plateaux, sans contradicteur et avec des journalistes acquis à sa cause. Ce qui du reste  pose un vrai problème : il est inadmissible que les radios et télévisions n’invitent pas à s’exprimer des personnes  ne partageant pas les recommandations de Stora et surtout ses oublis  ! AJIR a saisi le CSA  et les  responsables de chaînes publiques en ce sens et invite les  associations ou personnalités qui partagent notre indignation  à écrire elles aussi. Dans une démocratie, il faut des débats contradictoires.

 

.

Débat : Guerre d'Algérie "réconcilier les mémoires ?"

04/03/2021

Débat : Guerre d'Algérie "réconcilier les mémoires ?"

Le Président de la République donne suite à l'une des recommandations du rapport Stora ! Il a reconnu, le 2 mars 2021 par un communiqué, la torture et l'assassinat de l'avocat nationaliste Ali Boumendjel, en 1957, par l'armée française...

 

Invité par le média RT France à débattre avec un responsable associatif algérien, installé en France, Mohand Hamoumou a rappelé quelques vérités sans lesquelles l'apaisement et la réconciliation des mémoires ne peuvent se réaliser. Parmi ces vérités l'abandon des Harkis par la France suivi par les massacres de dizaines de milliers d'entre eux et de membres de leurs familles (femmes et enfants compris) ! L'Algérie n'est pas exempte de reproches puisque c'est le FLN, en contravention flagrante des accords d'Evian, qui a assassiné les femmes, les enfants et les hommes qui avaient lutté aux côtés de la France contre un terrorisme aveugle...

 

Retrouvez ce débat dans la vidéo ci-dessous :

 

 

 

 

 

Dispositif d'aide de solidarité pour les enfants de Harkis

01/03/2021

Dispositif d'aide de solidarité pour les enfants de Harkis

Rappelons  que la suite donné au "fameux rapport Ceaux" fut le décret 2018-1320 du 28 décembre 2018 instituant une mesure de solidarité en faveur des enfants de Harkis ayant vécu au moins 90 jours dans un camp de transit ou un hameau de forestage.

 

Ce décret, qui a suscité de nombreuses critiques et restreint de manière drastique le nombre de bénéficiaires puisqu'il fallait être quasiment à la rue pour en bénéficier, a été modifié par le décret 2020-513 du 4 mai 2020. Ce nouveau décret, complété par une instruction de l'ONACVG précise le public visé, l'objet de la mesure et les conditions d'attribution...

 

Pour mémoire le bénéfice de cette aide financière concerne seulement "les enfants de Harkis, de Moghaznis et personnel des diverses formations supplétives de statut civil de droit local ayant servi en Algérie". Les anciens Harkis étant exclus de cette mesure!

 

L'instruction indique prendre en charge les dépenses dans trois domaines qui sont :

  •  le logement
  •  la santé
  •  la formation et l'insertion professionnelle.

 

Elle donne également, aux services instructeurs, le mode opératoire du traitement des dossiers avec la longue litanie des pièces justificatives à fournir y compris une déclaration sur l'honneur de la situation bancaire des candidats à cette aide.

 

Elle indique aussi que le montant de cette aide est au minimum de 500 euros et au maximum de 10 000 euros. Montant déterminé en fonction des ressources et du nombre d'années passé dans les camps et hameaux et des conditions de scolarisation.

 

Pour une information complète de toutes et tous vous trouverez dans la pièce jointe l'instruction, le dossier à compléter et la liste des pièces à fournir...

 

lien vers les Instructions relatives au dispositif d'aide de solidarité à destination des enfants de harkis

 

 

 

18 (AJIR) et 19 (CNLH) mars à Evian : pas de polémique inutile.

22/02/2021

18 (AJIR) et 19 (CNLH) mars à Evian : pas de polémique inutile.

 


Aussitôt on lui cherche querelle ! Selon Monsieur Badi, alias Ange Leloup, le CNLH aurait prévu de se recueillir le 19 mars à Evian jour de proclamation du cessez-le-feu! C’est sans doute vrai mais AJIR ne lit pas dans les pensées ! Aucune information écrite ne se trouvait sur le site du CNLH ou de Harkis Dordogne alors même que le CNLH a en général une communication efficace.


AJIR a pris cette décision il y a 8 jours lors d’une réunion en visio de son conseil national et on l’a annoncé en toute transparence.


Son bureau est heureux d’apprendre que des associations seront présentes à Evian le 19 mars.  Plus il y aura d’actions pour attirer l’attention de l’opinion publique via les médias, plus nous serons contents. Il nous faut tous ensemble, chacun à sa façon, rappeler que le calvaire des Harkis et Pieds Noirs commence à la signature de ces accords qui ne garantissaient pas suffisamment l’application des clauses de sécurité des personnes.


Nous précisons cependant que le 18 mars à Evian, AJIR n’organise ni une manifestation, ni un rassemblement de masse compte tenu du contexte sanitaire. Il s’agit d’un dépôt de gerbe par une délégation restreinte avec des porte-drapeaux à l’emplacement de Hôtel du Parc, devenu résidence privée, où eurent lieu  durant 11 jours (du 7 au 18 mars 1962) la négociation finale puis la signature des Accords (les pourparlers ayant commencé dès le 20 mai 1961 et même bien avant secrètement).


Alors ne nous trompons pas de combat ni d’adversaire et arrêtons de chercher querelle sans raison. Que chacun garde son énergie pour agir pour les Harkis dans le sens de notre objectif commun à tous : la reconnaissance officielle de l’abandon dramatique des Harkis en 1962 et de ses conséquences.  Nous souhaitons pleine réussite à toutes les actions du 18 et 19 mars de toutes les associations.

Communiqué : le 18 mars à Evian

16/02/2021

Communiqué : le 18 mars à Evian

L’association nationale AJIR pour les Harkis, qui compte des délégations dans plus de 30 départements, se rendra à EVIAN le 18 mars 2021, avec ses délégués régionaux et porte-drapeaux, pour se recueillir à l’emplacement de l’Hôtel du Parc où furent signés les « Accords d’Evian » en 1962.

 

 Ce jour-là, le Président d’AJIR pour les Harkis déposera une gerbe afin d’honorer la mémoire de toutes les victimes, civiles et militaires, d’après le 18 mars 1962 et rappeler une facette dramatique de ces accords : le non-respect par le FLN du cessez-le-feu et des clauses de garantie de la sécurité des personnes.

 

Si la proclamation du cessez-le-feu, le 19 mars 1962, fut un jour heureux  pour tous les appelés et leurs familles, ce fut par contre le début du cauchemar pour les Pieds Noirs, les Harkis et leurs familles qui connurent l’horreur des exactions et des massacres. 

 

Par ce geste symbolique, AJIR pour les Harkis poursuit son action d’information sur la vérité historique.

 


           

AJIR : Association Justice Information Réparation, pour les Harkis. Contact : ajirfrancecontact@gmail.com  Association loi 1901 - tout don  à l'association est éligible aux réductions d'impôts